Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> A.V.C quelle revalidation? qui peut me conseiller?m'aider?

Pages: 1


[pas en ligne]


Messages : 7
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,
Mon papa âgé de 78 ans était en chaise roulante jusqu'au 31 septembre 2008.
Il vivait dans son appartement, faisait sa petite popotte,classait ses papiers et discutait avec les voisins qui venait lui dire bonjour.
Lorsque je lui disait que je viendrais nettoyer son appartement, il tentait même de m'avancer en essayant de passer l'aspirateur avant mon arrivée!
Le 1er septembre 2008, l'infirmier venu pour effectuer sa toilette quotidienne décela une anomalie (papa était confus et portait des ecchymoses), il décida donc de le faire hospitaliser à Gosselies.Les ambulanciers se sont fait rabrouer par la médecin urgentiste qui me téléphona pour me demander sur base de quoi et qui avait pris la décision de l'hospitaliser argumentant que c'était au médecin traitant de décider et qu'elle comptait renvoyer papa chez lui.
Je rétorquai que le médecin traitant était en vacances et lui fit remarquer, de façon polie et courtoise, que même si les infirmiers étaient pris par certains médecins pour du petit personnel qu'ils étaient ,en étant sur le terrain quotidiennement, tout à fait aptes à juger de l'état des patients;
Bien que je comprenais tout à fait que les urgences étaient saturées, je lui demandais de faire un bilan car ce n'était pas parce que mon papa était plus âgé qu'il n'avait pas le droit d'être soigné si celà était nécessaire.
Ce médecin me téléphona un peu plus tard et de manière un peu plus docile pour m'annoncer que Papa avait une hémorragie cérébrale.
j'EN PROFITE POUR REMERCIER LA REACTIVITE DES INFIRMIERS A DOMICILE.
Voici mes questions et observations:
Mon papa à des phases où il a des conversations où il insère des mots qui n'ont rien à voir ou sont inversés
Ex: j'ai froid, peux tu remonter mon imperméable (à la place de la couverture)
J'ai bien mangé, l'infirmière m'a apporté un plat avec des rosa tralala (?)
Parfois ,il s'en rend compte et dit: ce n'est pas ce que je voulais dire...
A d'autres moments , il semble anxieux et répète sans cesse:"Oui, d'accord ça va aller, oui d'accord cà va aller" sans que je ne lui demnde rien.
Il est en cardiologie, je ne vois aucun logopède ou orthophoniste et ne reçois aucune explication quant au suivi.
Seule une doctoresse m'a expliqué le deuxième jour qu'il s'agissait d'une hémorragie cérébrale frontale non drainable et qu'il fallait attendre que celà se résorbe et qu'il était possible qu'il lui reste des séquelles.
Depuis plus aucune information!
La chef de service cardiologie a décrété qu'il serait sortant la semaine prochaine et que seules 2 solutions se présentaient: Maison de retraite ou encadrement à domicile.
De plus, elle me stipule que Papa n'entre pas dans les conditions d'admissions pour une revalidation.
Question: Pourquoi?
Réponse: Parce qu'il n'entre pas dans les conditions c'est tout!= UN PEU COURT COMME EXPLICATION
J'aimerais savoir quelles sont ces conditions CAR J'ESTIME QUE BIEN QUE PAPA SOIT HANDICAPE IL A DROIT A UNE REVALIDATION NEURO PSYCHOLOGIQUE TENTANT AU MOINS DE LUI FAIRE RECUPERER UN SENS DU LANGUAGE!
J'ai vraiment l'impression que lorsque l'on a plus de 60 ans et que l'on a un petit problème,on vous range au placard!
Je m'insurge contre cet état de fait car lorsque je téléphone tous les soirs à 23heures et à 08 du matin pour savoir si la nuit à été bonne, les infirmières ne me tiennent pas vraiment le même discours et sont également favorables à une rééducation.
Dans un même service, les avis sont différents:
La médecin chef et l'assistant social préconisent maison
de retraite ou encadrement (aide familiale et repas à domicile), l'assistante de la chef de service une surveillance 24H sur 24H (soit 150 000 francs/mois)en sachant que même à l'hopital,papa n'est pas sous monotoring et doit se servir uniquement de la sonette(dans son état, il n'y pense même pas)je ne pense pas que quelqu'un dorme dans le fauteil à ses côtés pour le surveiller!
Bref, je tiens à ce que mon papa puisse avoir une rééducation au language et qu'il soit admis dans un centre de revalidation adéquat.
Comment procéder, en connaissez vous dans la région de Charleroi?
Merci de vos conseils


[pas en ligne]


Bon jour !

Messages : 29263
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,
Ma gentille belle-maman est actuellement hospitalisée (Alzheimer, ulcères, problème hépatique) et je remarque également comme il est difficile d'arracher le moindre renseignement à quiconque. Mais je ne lâche JAMAIS le morceau. On ne sait pas ? que l'on me dise qui sait. Il n'est plus là ? quand y sera-t'il etc.
Un jour, elle avait le brûlant et le médecin m'avait dit la veille qu'outre le motilium elle pouvait avoir dans ces cas-là un équivalent du Gaviscon. L'infirmière a refusé, car elle ne trouvait pas l'info au dossier. J'ai tellement (toujours avec le sourire car il ne faudrait pas qu'elles reportent leur rancoeur sur maman) retourné l'hôpital qu'elle l'a eu, son calmant pour l'estomac.
Si tu t'arrêtes au premier "non" ou au premier "c'est comme cela", il est évident que le personnel hospitalier, souvent surmené, a peu de chances de te courir après pour t'aider triste
J'insiste sur le sourire ! beaucoup de "bonjour", de "merci", ce qui n'est après tout que de l'élémentaire politesse, mais les change un peu de pas mal de leurs patients et visiteurs roll
Sinon, je ne peux hélas répondre à ta question, étant moi-même en train de me renseigner sur des centres de jours et homes...
Courage et chance à ton papa et à toi-même sourire


[pas en ligne]


Messages : 7
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Bérengère,

Merci pour ton message.
En ce qui me concerne, je suis toujours polie et courtoise de nature (mon papa m'a appris les 4 formules magiques "bonjour,svp,au revoir et merci).

Aujourd'hui, nous sommes vendredi et mon papa est éjecté de l'hôpital mardi prochain.

CeLà ne me laisse pas vraiment de temps pour coordonner les différents services dont il aura besoin...

Pour moi et sans me dire qu'il va me pondre la théorie de la relativité(Einstein l'a déjà sortie et une certaine forme d'humour m'aide à garder mon énergie..),je reste profondémént persuadée qu'une revalidation neuro psychologique est nécessaire.
Il récuperera ce qu'il récupérera mais celà en vaut la peine.
De plus si une coordination à domicile est établie par la suite,il sera plus facile pour lui et les aidants qu'il puisse se faire comprendre un minimum.

Je dois dire (c'est mon avis et je le partage!) qu'à mon sens, l'assistant social de Gosselies n'a pas réellement bien fait son travail.
Dans d'autres établissements et connaissant le cas du patient, une réunion entre parties (famille, médecin ,service de coordination)s'impose afin de permettre aux différents acteurs de la coordination de mettre la structure adéquate en place.

Dans le cas présent,cette option n'a pas été prise et j'ai rencontré seule mercredi après midi cet assistant qui m'a donné diverses adresses à contacter me disant qu'une aide familiale quelques heures serait suffisante par rapport au cas de mon papa et selon l'avis du médecin chef.

Jeudi dés 8heures du matin, j'ai squatté le téléphone afin de trouver une solution quelques disques d'attente,la personne n'est pas là, elle est en réunion, en congé... plus tard (je suis en recherche d'emploi donc j'ai pu y passer la journée mais comment font les gens qui travaillent?)
Vers 17h, j'ai pu entrevoir une petite éclaircie car un centre de revalidation va tenter de le faire entrer mais pour celà, il faut que son dossier leur soit transmis.

Il est clair que le service de coordination ne sait pas mettre en place d'un coup de baguette magique un effectif en 2 jours donc si l'hôpital ne veut pas me donner le dossier aujourd'hui même afin que je puisse moi même le déposer dans ce centre afin que mon papa ne se retrouve pas la semaine prochaine sur le trottoir une seule alternative: LA PRESSE

Je ne suis certainement pas le genre de personne à scandale ou procédurière mais l'arrogance et le mépris vis à vis des patients,des familles, des infirmiers à domicile ne me laisse pas le choix.

Pour rappel, dés son arrivée la question de savoir ce qui n'allait pas ne se posait pas pour le médecin urgentiste mais ce qui semblait important, lors de son appel, était de savoir QUI s'était permis de prendre la décision de le faire hospitaliser?

JE SUIS BIEN DECIDEE A FAIRE EN SORTE QUE MON PAPA RECOIVE
LES SOINS QUE LES MEDECINS DONNERAIENT A LEUR CHIEN!

Pages: 1




Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.