Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> brulures volontaires

Pages: 1


[pas en ligne]


Messages : 66
Voir ses messages
Posté :

Je me brulais avec des alumettes à l'adolescence. Et là, à passé 30 ans je recommence à le faire. Paradoxalement, c'est le fait d'en avoir parlé à mon thérapeute qui m'a poussé à recommencer; c'est comme avoir réouvert une porte fermée depuis longtemps...
Le plus particulier est que je me sens bien après m'être fait plusieurs brulures: sentiment d'être en vie, de garder le contrôle de ma douleur... Envie peut-être de provoquer mon thérapeute... Difficile à savoir... Mais j'aime me blesser.
La thérapie et le fait de tout dire à quelqu'un peut donc être négative, non?


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
36 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :



peut etre n'avez peut etre pas fermer cette porte que vous avez reouvert dernierement

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

Lyane :
Je me brulais avec des alumettes à l'adolescence. Et là, à passé 30 ans je recommence à le faire. Paradoxalement, c'est le fait d'en avoir parlé à mon thérapeute qui m'a poussé à recommencer; c'est comme avoir réouvert une porte fermée depuis longtemps...
Le plus particulier est que je me sens bien après m'être fait plusieurs brulures: sentiment d'être en vie, de garder le contrôle de ma douleur... Envie peut-être de provoquer mon thérapeute... Difficile à savoir... Mais j'aime me blesser.
La thérapie et le fait de tout dire à quelqu'un peut donc être négative, non?


En même temps, c'est qq chose que vous n'aviez pas oublié puisque ca c'est passé à l'adolescence. si ?

Qu'est ce qui vous avait fait arrêter à ce moment là ?

Quand vous dites "j'aime me blesser", est ce que cela sous-entend autre chose que ces brûlures ?

Une thérapie est svt entreprise qd on vit une certaine souffrance ou pour faire le point autour de certaines questions affectives. Et il est possible que de remuer des émotions passées ne soit pas simple du tout à gérer.

Petite question: est ce un jugement sur l'intérêt des thérapies que vous cherchez ici ? clin d´œil


[pas en ligne]


Messages : 66
Voir ses messages
Posté :

Non, je ne pense pas qu'un jugement général sur l'intérêt des thérapies ait le moindre sens: beaucoup de personnes ont trouvé du mieux être grâce à une thérapie...
J'ai l'impression qu'en ce qui me concerne, la thérapie (analytique) m'a fait du bien dans un premier temps... Et maintenant me déstructure en faisant sauter des résistances personnelles qui me permettent de fonctionner. J'ai du mal à mettre en place d'autre type de fonctionnement que des réactions de passage à l'acte, enr éaction à ma souffrance.

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

Il est très courant que dans des thérapies, qu'elles soient analytique ou autre, il y ait un passage de désorganisation.

Se confronter à nos démons intérieurs n'est pas simple, changer de moyens de défenses non plus.

Trouver d'autres voies pour fonctionner sereinement prend du temps.

Le travail analytique peut être assez interpellant, en effet.

Maintenant, petite rectification qd même: si la souffrance est trop importante, il faut vraiment la travailler avec votre thérapeute. Il n'est pas demandé d'être masochiste pour faire un travail analytique.

Evidemment la travailler, ce n'est pas simple: avancer, reculer...

Noubliez pas que VOUS avez du pouvoir sur ce que vous vivez !

N'hésitez pas à parler de tout ça à votre thérapeute.

Courage !

Pages: 1






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 10



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.