Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> HELP ! où se procurer du chanvre médicinal contre les douleurs Chroniques dues À la chimio

Pages: [1] 

femme


[pas en ligne]


36 ans

Messages : 65
Voir ses messages
Posté :

Bonjour les amis sourire
Contente d'être parmi vous aprà une période d'absence.

J'aimerais savoir comment je pourrai me procurer du chanvre médicinal ( cannabis médicinal) pour calmer mes douleurs physiques et mentales dues aux chimiothérapies que j'ai reçues.

Je suis pour Wins tant sous Contra mal C dérives de morphine) mais cela ne suffit pas toujours et surtout cela a des effets secondaires contrairement au chanvre médicinal qui est naturel puisque cela vient de plantes.

fai lu énormément d'articles sur ce traitement et ça m'a l'air révolution ! !

J'ai donc hâte d'essayer ce traitement pour enfin ! ! soulager mes douleurs et surtout rendre ma vie plus "vivable" sourire

J'attend avec impatience vos repenses.. :

homme


[pas en ligne]


Flemalle
53 ans

Messages : 973
Voir ses messages
Posté :

L'an dernier, certains membres de ce site m'ont casi " lincher " me traitant d'irresponsable lorsque j'ai évoquer le fait de ce soigner avec du cannabis médicinal.

Je sais qu'aux Pays-Bas et en Espagne, la vente est libre ( Bientôt la France également ) ... En Belgique, je me tournerait plus vers les Club de Cannabis Social à Namur et à Anvers.

Pour Namur, à part te renseigner auprès du Bourgmestre ( mais je doute qu'il te donne l'adresse ) je ne vois pas comment faire...

( Tu pourrais contacter le Pr. Lossignol, pour discuter avec lui de ton idée de consommer du THC. Ce Pr. est chef de clinique à l'institut Jules Bordet, Bdv de Waterloo 121 à 1000 BXL ).

Par contre, pour Anvers, tu peu devenir membre via ce lien:

http://www.trektuwplant.be/csc/spip.php?article8

Si ton adhésion est acceptée à Anvers, avec le Pr. Lossignol, tu pourrais élaborer un " plan de dosage " afin de ne pas trop consommer.

En espérant t'avoir été utile...

Cordialement

Eric.

femme


[pas en ligne]


36 ans

Messages : 65
Voir ses messages
Posté :

Je ne sais comment te remercier ! UN GRAND MERCI Eric !! sourire

personne n'arrivait à me renseigner.

J'ai cherché partout sur Internet mais en vain....

Effectivement, j'avais vu une vidéo du Professeur Lossignol parlant des bienfaits du cannabis médicinal contre les douleurs physiques et mentales dues aux chimiothérapies mais il disait que c'était limité ici en Belgique et n'a pas dit qu'il en prescrivait.

mais maintenant que je sais qu'Il peut en prescrire, je vais le contacter demain à la 1 Ere heure sourire

Je prie pour qu'il veuille bien m'en prescrire.

J'espère qu'il n'en prescrit pas uniquement à ceux qui sont en plein traitement de Chimio ? car moi j'ai fini. les Chimio mais j'en ai encore les effets secondaires comme la fatigue, les douleurs physique et mentales ... Donc j'espère qu'il pense aussi aux patients après traitement

Qu'en penses tu Eric ? Penses tu que je peux lui parler par téléphone ou Vaut il mieux attendre de le voir en consultation car sujet un peu délicat....

Les personnes qui t'ont linché sont tout simplement des personnes "ignorantes" et ne se sont pas assez informées sur le sujet...

Encore Merci pour ces informations et la rapidité à laquelle tu y as répondu sourire

homme


[pas en ligne]


Flemalle
53 ans

Messages : 973
Voir ses messages
Posté :

Re bonjour Jalanne,

je n'ai pas dit que le Pr. Lossignol prescrivait ce que tu recherches..

Je sais qu'il fait des " expériences contrôlées " sur le sujet et de ce fait, je te lai renseigner afin que tu puisse discuter de ton projet avec lui...

Si tu sais avoir une consultation avec lui, ce serait effectivement préférable d'aborder le sujet de vive voix.

Tien moi au courant...

( N'oublie pas l'association d'Anvers ).


[pas en ligne]


Messages : 1869
Voir ses messages
Posté :

Des pilules de cannabis contre la douleur ? "Les mentalités doivent encore évoluer"
La loi a évolué en France concernant l'utilisation du cannabis à des fins thérapeutiques. En Belgique, par contre, cela reste interdit. Et, visiblement, la situation n'est pas prête d'évoluer. Notre rédaction a recueilli les avis de deux médecins spécialisés ainsi que la position des quatre principaux partis francophones.

18 Juillet 2013 16h37

Un décret est entré en vigueur il y a quelques semaines en France. Il ouvre la voie à la vente de médicaments dérivés du cannabis. Il "ouvre la voie", à ne pas confondra avec "la vente est autorisée" qui sera le niveau suivant, dès qu'un médicament contenant des cannabinoïdes (groupe de substances chimiques qui activent les récepteurs cannabinoïdes présents dans le corps) aura une autorisation de mise sur le marché. La France n'est donc plus qu'à une étape de l'utilisation du cannabis à des fins thérapeutiques. L'hexagone s'apprête ainsi à rejoindre des pays comme la Suisse, les Pays-Bas ou l'Espagne où le cannabis médical est légalisé.



"Dosage et quantités variables"

Et en Belgique, où en est-on par rapport au cannabis utilisé à des fins thérapeutiques ? "Nulle part !", a indiqué le professeur Paul Verbanck, chef de service de la psychiatrie à l'hôpital Brugmann. "Ce n'est pas autorisé, ce qui ne nous empêche pas de rester très attentifs à l'évolution des choses dans le domaine. Mais même dans les pays où le cannabis utlisé à des fins thérapeutiques est autorisé, cet usage reste anecdotique, principalement parce que toute personne réagit différemment, ce qui rend le dosage et les quantités à administrer variables. Le cannabis médical reste donc mal codifié, et en général on en est encore plus à des phases de test", a-t-il ajouté.



Moins d'anti-douleurs

Pourtant, s'il revient si souvent sur le tapis, en toute logique, c'est que le cannabis thérapeutique présente des vertus efficaces. Ou, du moins, que certains médecins estiment efficaces. C'est le cas du professeur Lossignol, chef de clinique (clinique de la douleur), à l'Institut Jules Bordet. "Les dérivés du cannabis sont dans la plupart des cas utilisés pour soulager les patients atteints de cancer ou de la sclérose en plaques. Il permet de diminuer la douleur et/ou la nausée. Ses vertus sont connues depuis le Moyen-Age, mais paradoxalement, on aura dû attendre la fin des années 80 pour en comprendre les effets. Mon avis, c'est que si le cerveau possède des récepteurs à ces substances, c'est qu'elles ont un rôle. La nature ne s'encombre pas de hasard. Et, en effet, les patients à qui on en administre réagissent bien. On a de très bons résultats, et les patients consomment beaucoup moins d'anti-douleurs, ce qui n'est pas négligeable", a-t-il confié.



"Les résultats sont bons"

Cela veut donc dire que dans certains hôpitaux, des médicaments à base de cannabinoïdes sont prescrits malgré la loi ? "Non, on n'en prescrit pas. Par contre, on peut en administrer dans le cadre de certaines études, mais les critères d'inclusion de patients sont sévères. Donc on ne peut vraiment pas faire ça avec chaque patient. Mais avec certains, cela fonctionne très bien, il y a peu de risques et les résultats sont bons", a ajouté le professeur Lossignol.



Pourquoi cela reste-t-il illégal?

N'imaginez pas non plus voir un fumoir dans un hôpital. L'usage est tout autre et le dérivé utilisé est ingéré sous forme de gélule ou de spray qui délivre une quantité précise de THC (Tétrahydrocannabinol, la molécule la plus connue contenue dans le cannabis et qui possède un caractère psychotrope). Mais si les études sont positives, qu'il devient toléré (voire légalisé) dans de nombreux pays et dans une vingtaine d'Etats américains, pourquoi cet usage reste-t-il interdit en Belgique ? "Je ne vais pas porter de jugement au niveau judiciaire. Pour ma part, je ne suis pas contre le fait que cela devienne autorisé, mais à ce moment-là la posologie doit être précise, et le dosage minutieusement établi. Bref, il faut qu'il y ait un mode d'emploi clair, net et précis, comme pour tout autre médicament. Comme indiqué précédemment, cela ne semble pas encore être le cas. De même, il faut que toute la sécurité qui entoure l'usage d'un tel médicament soit assurée et qu'il y ait un contrôle strict, comme pour tout autre opiacé", a conclu le professeur Verbanck.



A moins que...

Pour le professeur Lossignol, par contre, le problème est ailleurs. "On connaît le mécanisme d'action. On connaît les quantités précises à administrer et les intérêts sont vastes, que ce soit pour soulager la douleur, la nausée ou autre. Mais on fait un mauvais procès au cannabis à cause de l'usage récréatif qui en est fait, même si de nombreux médicaments sont dérivés de plantes. C'est comme pour la morphine il y a 20 ou 30 ans. Quand on en administrait, on nous traitait de dealer. Maintenant c'est le contraire, si on en administre pas à quelqu'un qui souffre, on se dira qu'on est sadique. Il faut le temps pour que les mentalités évoluent. Et puis autre chose de très important. Le coût de cette molécule n'est pas élevé. Et visiblement, ça n'intéresse pas vraiment l'industrie pharmaceutique", a-t-il conclu.



Les politiques abordent la thématique avec une extrême prudence

On le voit, la question de l'usage du cannabis à des fins thérapeutiques divise, même au sein du monde médical. Au niveau politique, la question est abordée avec beaucoup de prudence. Preuve que le mot "cannabis" doit encore être manié avec vigilance, afin de ne pas prendre le risque de heurter une partie de l'opinion publique. "Nous ne sommes pas favorables à la légalisation du cannabis d'un point de vue général. Maintenant si on se résume au cas de l'usage médical, notre avis n'est pas si tranché. Mais il faudrait pousser les études et être sûr que cet usage ait des effets bénéfiques pour apaiser les douleurs. Ensuite, si les effets sont bien définis et circonscrits, il y aurait des conditions strictes à respecter: une ordonnace délivrée par un médecin, une culture contrôlée, certaines pharmacies désignées pour la vente, et il faudrait également un bureau qui jouerait un rôle central dans la distribution", a confié Christine Defraigne pour le MR. "Mais quoi qu'il en soit, il serait hors de question d'ouvrir les vannes. Il y a quelques années, le cannabis a été considéré comme étant une drogue douce. Ca a été une erreur monumentale car personne n'avait imaginé les ravages que cela pouvait générer, surtout sur les jeunes. Donc même si on en arrive à l'autoriser dans un cadre thérapeutique, cela devrait être extrêmement contrôlé", a-t-elle ajouté.



"Est-ce bien à un parti de se prononcer ?"

Au parti socialiste, "nous n'y avons pas d'opposition de principe", a confié le porte-parole Jérémie Demeyer. "Nous sommes favorables à tout traitement permettant d'améliorer le bien-être du malade, mais comme pour tout médicament, il faut en analyser scientifiquement les risques et les bénéfices et ce n'est pas à un parti politique à se prononcer là-dessus", a-t-il indiqué.

Le cdH est lui "favorable à l’utilisation thérapeutique du cannabis dans un cadre strictement médical, si et seulement si il est prescrit comme complément au traitement contre la douleur chronique difficilement supportable et dans une procédure médicale encadrée (prescription par un médecin, délivrance du produit en pharmacie, suivi régulier du patient, …)", nous a expliqué Audrey Jacquiez, porte-parole du cdH.



Ecolo se mouille un tout petit peu plus

Dans le chef du parti Ecolo, le discours est un peu plus osé. "Ecolo est favorable à l’usage du cannabis ou de dérivés à des fins thérapeutiques, tel que certains pays le pratiquent déjà, comme l’Allemagne, la Grande-Bretagne et plus récemment, la France". Mais le parti reste prudent, et précise: "Une telle utilisation demande bien entendu un cadre légal autour de sa production, des conditions d’accès, de sa distribution, de sa consommation, et ce, comme pour tout autre médicament. Cela implique entre autres une délivrance par certificat médical et donc un rôle, notamment d’information et de sensibilisation du médecin et du pharmacien à l’égard des patients afin d’éviter la dépendance et les effets secondaires (comme aux autres anti-douleurs) et d’assurer un suivi des patients", nous a déclaré Franco Meggetto, porte-parole d'Ecolo.

On le comprend à la lecture de ces déclarations, les médecins devront parler d'une voix et appuyer leurs arguments pour faire bouger la législation. Quand on sait, en outre, que l'industrie pharmaceutique ne pousse pas dans cette direction, on se dit que les médicaments dérivés du cannabis vont encore vivre de beaux jours... loin de la grande distribution.

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/1018852/cannabis-therapeutique






Un médicament à base de cannabis

Il est actuellement à l’essai chez nous, d’après l’Agence fédérale des médicaments et produits de santé

“En Belgique, jusqu’à présent, je peux assurer qu’il n’y a aucun médicament à base de cannabis autorisé sur le marché !”, affirme Ann Eeckhout, porte-parole de l’Agence fédérale des médicaments et produits de santé (AFMPS).

Enfin, pas encore commercialisé…

En effet, la porte-parole avoue qu’actuellement un médicament qui comporte du cannabis dans sa composition fait l’objet d’études cliniques.

“Aujourd’hui, une étude sur un médicament qui comporte du cannabis est en cours. Elle a été autorisée dans le cadre d’un protocole légal, approuvé par un comité d’éthique et l’AFMPS. C’est donc quelque chose de vraiment sérieux.”

La porte-parole de l’organisme de santé s’appuie sur la loi pour justifier une telle étude sur des volontaires.

“Il y a un arrêté royal qui date du 4 juillet 2001. Celui-ci autorise, dans le cadre d’essais cliniques et sous certaines conditions, le recours au cannabis.”

Elle ajoute tout de même que “le cannabis ne peut être utilisé et indiqué de manière thérapeutique et en essais cliniques uniquement que pour le glaucome, les nausées ou vomissements en cas de chimiothérapie, la douleur chronique, la sclérose multiple, entres autres.”

L’utilisation de marijuana médicale n’est pas légale en Belgique. En fumer pour atténuer sa douleur ou guérir est donc proscrit, ou, en tout cas, doit être conforme à la loi. Car la détention de cette drogue dite douce est une infraction et peut être punissable.

À l’Agence fédérale des médicaments et produits de santé, on tient enfin à confirmer définitivement que les médicaments actuellement sur le marché ne contiennent pas de cannabis.

La substance, donc, n’entre pas dans la composition des médicaments en vente en pharmacie.

Les Pays-Bas, l’Australie, l’Espagne et quelques États américains, eux, tolèrent l’usage de marijuana thérapeutique, sous ordonnance médicale, uniquement.

http://www.dhnet.be/actu/societe/un-medicament-a-base-de-cannabis-51b781d7e4b0de6db97eef87






Tout savoir sur le cannabis médical

L'usage médical du cannabis est une réalité aux Pays-Bas, mais aussi en Italie, en Allemagne, en Finlande ou encore dans certain états américains. En France, sa prescription reste exceptionnelle. Le point sur cette question taboue.

Sativex : premier médicament à base de cannabis autorisé en France

Quand on vous dit cannabis, vous pensez rapidement joint, drogue et interdiction... Pourtant, cette substance possède aussi des vertus médicales pour les patients atteints de douleurs chroniques, de spasmes liés à une sclérose en plaques, de nausées ou d'un manque d'appétit dû au sida ou à un cancer... Des propriétés de plus en plus reconnues de par le monde mais rarement en France. Le point sur cette exception française à l'occasion de la sortie du livre "Cannabis médical. Du chanvre indien au THC de synthèse".
L'efficacité du cannabis médical démontrée ?

Cannabis médicalLe cannabis, ou chanvre indien, est utilisé comme plante médicinale depuis l'Egypte ancienne, mais cette substance n'a été que peu étudiée de manière scientifique et rigoureuse au 20e siècle, en raison de sa prohibition. Ce n'est finalement qu'en 1992 que l'intérêt pour cette substance allait rebondir avec la découverte du Pr Raphael Mechoulam d'un analogue du cannabis fabriqué par l'organisme lui-même, l'anandamide. Selon ce professeur de l'Université de Jérusalem, "le système des endocannabinoïdes joue un rôle dans pratiquement tous les systèmes physiologiques qui ont été observés"1. Et l'emballement des recherches autour de ce composé semble lui donner raison.

http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/drogues/cannabis/13438-cannabis-medical.htm

femme


[pas en ligne]


36 ans

Messages : 65
Voir ses messages
Posté :

ok je prendrai rendez vous chez le Docteur Lossignol et je te tiendrai au courant.

Je vais aussi me renseigner par rapport a l'association....

Merci et à bientôt

Au ca-s où tu auras de nouvelles infos a ce sujet n'hésite pas sourire

Bonne soirée

Jalane

femme


[pas en ligne]


36 ans

Messages : 65
Voir ses messages
Posté :

Bonjour shouala

Merci beaucoup pour toutes ces précisions

Effectivement, en France et en Belgique, le cannabis médical est un sujet tabou alors que dans d'autres pays, on en parle plus et c'est reconnu.

On m'a dit qu 'a Amsterdam, on vend des spray de chanvre (Cannabis) médical.

Mais je ne sais pas s'il faut quand même une ordonnance ou si c'est en vente libre ??

Je serai contrainte de me déplacer jusqu'a Amsterdam si je ne trouve pas de solution ici, en Belgique. Alors que je n'ai pas l'envie de me déplacer jusque là mais bon quand on n'a pas le choix...

En plus, je ne sais même pas où se trouvent les boutiques de cannabis a Amsterdam,...

homme


[pas en ligne]


Flemalle
53 ans

Messages : 973
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Jalanne,

voici ce pourquoi les médecins prescrivent le cannabis médicinal aux Pays-Bas:

Usages sous prescription de cannabis médicinal aux Pays-Bas

- Crampes et spasmes musculaires provoqués par la sclérose en plaques ou des
atteintes de la moelle épinière

- Nausées, perte d’appétit, perte de poids et faiblesse dues au cancer et au SIDA

- Nausées et vomissements provoqués par la médication, la chimiothérapie ou la
radiothérapie en cas de cancer, hépatite C, VIH/SIDA

- Douleurs chroniques, particulièrement en rapport avec le système nerveux ou
provoquées par une détérioration des nerfs

- Glaucome résistant à une thérapie

- Syndrome de Gilles de la Tourette

Une fois que le cannabis médicinal est prescrit par un médecin, on peut se le
procurer dans les pharmacies sous trois formes.

À teneur élevée en THC, faible teneur en CBD
À teneur élevée en THC et en CBD
À faible teneur en THC, teneur élevée en CBD

Ces variétés ont été obtenues en utilisant des gènes exclusifs de cannabis
provenant de la Sensi Seed Bank, afin de prescrire la marijuana de la façon
la mieux adaptée et la plus constante possible.

Source venant de:

http://sensiseeds.com/fr/blog/a-propos-de-sensi-seeds/sensi-seeds-et-le-cannabis-medicinale/usage-de-cannabis-medicinal-sous-prescription/

Donc tu vois, pas besoin d'aller jusque Amsterdam, tu vas à la 1ère pharmacie
( Apotheek ) que tu rencontre une fois passée la frontière. ( Avec ton ordonnance bien sur ).

Cordialement.

Eric.

femme


[pas en ligne]


36 ans

Messages : 65
Voir ses messages
Posté :

Bonjour à tous sourire

Jai rendez vous chez le Docteur Lossignol à l'Institut Bordet le 22 fevrier 2014

Ceci dit, Je ne presente plus de douleurs jusqu a present lol. Cest surement dû à ma "réadaptation physique" . Je pratique quasi tous les jours du sport (je me force à en faire) pour retrouver une condition physique normale et depuis, les douleurs au debut etaient tres violentes aux jambes et petit a petit ont diminué.

Mais je vais quand même me présenter au rendez vous pour me renseigner au cas ou les douleurs reviennent et puis, il parait que lr canabis medical a d'autres vertus notamment contre le cancer? Peut etre que tu en sais plus Eric ?

Maintenant il y a encore autre chose qui m'handicape. Jai une grande fatigue tous les jours qui se présente sous forme de grande somnolence mais d ou ca vient ça ? Pppfff Depuis que jai eu ce cancer et ces traitements jai l'impression que ca ne s arrete jamais !

Un contact ma dit que cest du a l'accumulation de tous les traitements ainsi qu a l'hormonothérapie que je prend actuellement mais je vais peut etre tres bientot etre engagée a un nouvel emploi. Je panique car cette fatigue persiste et ai peur de ne pas etre a la hauteur.. Mais la mutualité ne va pas m'indemnisee toute la vie et il faut que je sois sécurisée financièrement. ...

femme


[pas en ligne]


36 ans

Messages : 65
Voir ses messages
Posté :

VOila pour les nouvelles. Désolée pour cette attente. Je le suis rendu donc au rendez vous chez le docteur lossignol et il m'a dit qu il ne prescrivait plus de cannabis medicinal bien qu il contibue à être pour les bons effets de ce produit. Ceci dit, il ma bien précise que cela est différent que le cannabis sue certains fument car tous les éléments toxiques sont enlevés et effets secondaires comme la somnolence et l euphorie. Les laboratoires n'ont gardé que les propriétés Medicales Et "antidouleurs" du cannabis.

Ceci dit, vu qu'il nen prescrit plus (je nai pas demandé la raison...), il m'a recommandé du Neurontin contre les douleurs nevralgiques associes a du contramal lors de douleurs plys violentesetc et effectivement je me sens e soulagée. clien d´œil

Bisous à tous

Pages: [1] 






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 16



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.