Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> Je n'arrive pas a gerer mes emotion ni a les accepter, bordeline??

Pages: [1] 




Posté :

bonsoir,
J ai du mal a gerer mes émotions, a les accepter...
Je rentre souvent dans des colères incontrolables qui ressemble meme parfois a de la rage.
Je devients de plus en plus nerveuse, je rale tout le temps, je suis de moins en moins gentille.
Je suis arrivée a un point ou je ne me comprend plus moi meme, voir meme, ne m'aime plus.
On m'a parler du trouble bordeline, peut on un peux m'aiguiller a ce sujet?
Merci

homme


[pas en ligne]


Courcelles

Messages : 69
Voir ses messages
Posté :

bonjour ,
pas facila a vivre tt cela !
plusieurs pistes de teravail ou de réflexions ,
ou tu suis une psychothérapie, une thérapie brève, des entretiens avec un psy ...un médecin qui vas pouvoir t'aider médicalement parlant ...
ou tu travailles par toi même
commence par savoir ce qui a fait que tu es devenu comme cela , il y a un fait , un événement déclencheur essaye de l'identifier,..
sens tu quand cela arrive ou est ce un état permanent ?
que imaginer pour que tu ne rentres plus dans des colères .. relativiser les choses ?
besoin de prendre de la distance , du repos ? mais pas rester à ne rien faire !
mener une réflexion sur les actes et situations de base dans ta vie, analyser , avec qlq les actes ou situations qui te poussent a agir de la sorte !
voilà déja qlq pistes de travail ! à mon sens
bon courage


[pas en ligne]


Bon jour !

Messages : 29263
Voir ses messages
Posté :

As-tu arrêté de fumer, même il y a longtemps ? parce que moi, c'est ce qui m'arrive. As-tu essayé les fleurs de Bach ? le millepertuis ?
Bon, évidemment, si c'est plus grave que de râler, il vaut mieux consulter.
Bonne chance sourire


[pas en ligne]


Messages : 66
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,
Pour la pathologie borderline, tu peux consulter le site de l'aapel, ca te donnera une idée... Maintenant, il fait faire attention aux autodiagnostics!
Tu peux aller voir un psychiatre dans un premier temps. Personnellement, je te conseille de lui demander si il connait le trouble borderline (énormément de psychiatres ou de thérapeutes méconnaissent ce trouble, pensent à tort qu'il s'agit d'un "fourre-tout" ou nient complêtement son existence.)
Cite tes symptômes et voit avec le médecin ce qu'il pourrait déjà diagnostiquer ou conseiller: tu fais peut-être "juste" une dépression, ou alors il s'agit encore d'autre chose...
Si tu es près de Bruxelles, Erasme est très bien et l'équipe de psychiatre compétente.

En tout cas, dis toi que, si tu n'es pas diagnostiquée "borderline" (ce qui est une bonne chose, crois moi!) le simple fait que tu puisses penser souffrir de ce trouble est clairement un signe que tu souffres, et tout bon psychiatre prendra ta démarche au sérieux.

Bon courage!

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Lyane,

Je vais me permettre de vous répondre puisque c'est moi qui vous ai signalé sur ce forum, que le diagnostic Bordeline était un peu le fourre-tout de la psychatrie.

Tout d'abord, bravo pour votre message à Sand, il est clair et concis. Il répond d'une manière pertinente à la question que Sand amène.

Quand au diagnostic Borderline...

Je suis désolée si je vous ai blessée.

Néanmoins, il faut reconnaitre que c'est le diagnostic que l'on pose trop rapidement lorsqu'on ne sait pas trop diagnostiquer une souffrance qui ne serait ni vraiment de l'ordre de la névrose, ni de l'ordre de la psychose.

D'un point de vue théorique et pratique, cela occulte une certaine réflexion sur les moyens de défense, sur les ressources de la personne.

Enfin, il faut se méfier des étiquettes.
Beaucoup de personnes, passant par des moments difficiles, s'accrochent à un diagnostic et s'identifient à celui-ci au point d'oublier qu'elles ne sont pas un diagnostic et qu'une souffrance est mobile.

Qu'il est possible d'avoir une certaine prise sur celle-ci en étant accompagné via un travail thérapeutique.
Qu'elle peut se dépasser aussi.
Cela, il me semble, par contre que vous l'avez bien compris.

Très bonne continuation à vous et à Sand,





femme


[pas en ligne]


Bruxelles
59 ans

Messages : 3235
Voir ses messages
Posté :



Bonjour,

Vous avez fait un bilan hormonal?

Bon dimanche,

Isa
clin d´œil


[pas en ligne]


Messages : 66
Voir ses messages
Posté :

Bonsoir Isabelle T.,

Rassurez-vous: je n'ai absolument pas été blessée par vos messages.
Je constate juste que la définition du trouble borderline (ou état-limite ou TPL) ne fait pas unanimité auprès des professionnels de la santé mentale.
Une personne a des ressources, certes, et ce, qu'elle soit cataloguée névrosée, limite ou psychotique... Mais, lorsqu'on a mal et qu'on n'arrive pas à sortir de son mal, un diagnostic a au moins un côté rassurant: celui de ne pas être seul, de ne pas être anormal, fou, incurable, ou autre. Cela permet d'envisager qu'il y a une possibilité d'évoluer vers autre chose que le sentiment de vide permanent, que la montée d'émotions extrêmes pour les moindres contrariétés etc.

Qui dit qu'une personne diagnostiquée borderline perd ses ressources? Au contraire, une analyse fine de sa difficulté liée au trouble permet de développer encore plus de ressources. Quel est l'objectif de l'analyse sinon une connaissance approfondie de soi? Cette connaissance peut passer par le fait de savoir qu'on est entre deux structures, non?

Je vis avec des difficultés immenses, savoir ce qu'elles sont me permet de les gérer au quotidien. Je travaille, j'ai une vie de couple et des enfants. J'ai des amis, des loisirs... Mon trouble borderline n'est pas devenu l'entiereté de ce que je suis.Il fait juste partie de moi, et je suis soulagée d'avoir pu identifier mon malaise.

femme


[pas en ligne]


Bruxelles
59 ans

Messages : 3235
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Lyane,

Merci pour votre message et contente de vous entendre dire "soulagée". Une remarque, cependant : je ne pense pas qu'un malaise psychique puisse être "identifié", c-à-d diagnostiqué (c'est le terme classique en médecine), comme, par exemple, une rougeole (surtout avec un matériel aussi rudimentaire et pré-mâché que celui du DSM IV). Je pense que ce malaise est un malaise à dire à quelqu'un, et je maintiens qu'il y a là, de plus, un danger de s'identifier à ce diagnostic. C'est dans les services de médecine qu'on parle de "la péritonite du 4", par exemple. Vous viendrait-il à l'esprit de dire : "Je suis une varicelle?" Bien sûr que non. Alors, chère Lyane, pourquoi dire "Je suis borderline"?

Amitiés et @ vous lire

Isa
clin d´œil


[pas en ligne]


Messages : 66
Voir ses messages
Posté :

C'est en général ce que je dis: j'ai un trouble borderline.

femme


[pas en ligne]


Bruxelles
59 ans

Messages : 3235
Voir ses messages
Posté :

Lyane :
C'est en général ce que je dis: j'ai un trouble borderline.


Chère Lyane,

Et qu'avez-vous d'autre, en stock? clin d´œil Mais je plaisante. Portez votre nom à vous et portez-vous bien.

Cordialement,

Isa
clin d´œil

Pages: [1] 






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 6



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.