Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> psychiatrie pour dépression pour ma grand-mère

Pages: 1


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,

Ma grand-mère fait une grave dépression avec des idées délirantes (selon le psychiatre).
Cela a commencer il y a un mois, elle est entrée à l’hôpital psychiatrique de Hal depuis 2 semaines.

Ma grand-mère souffrait d'énormément d'anxiété (replier sur elle-même physiquement, s'angoissant à en vomir sur des sujets divers tel que son rendez-vous chez le médecin ou une voiture inconnue garée devant la maison du voisin). Elle en souffre toujours, cette anxiété l'immobilise.

Je ne la trouve pas bien dans cet hopital psychiatrique. Elle recoit un coktail d'antidépresseur, de neuroleptique et anxiolytique (information reçue par un infirmier).
Depuis, je trouve qu'elle est confuse, elle se perd au niveau du temps (confond les activités des jours), elle cherche ses mots pour parler... Elle a commencer a avoir un tic aussi (elle se lèche la main pour la frotter sur son autre main, sa peau est sèche).

Je ne sais pas trop quoi en penser. De part ma formation en assistant en psychologie, je peux saisir qu'il s'agit de quelque chose comme une dépression mélancolique. La psychiatre à d'ailleurs confirmé qu'on traitait ce genre de dépression par sismothérapie (electochocs).
De part ma formation et la lecture de nombreux témoignages concernant le milieu de la psychiatrie, je suis de base un peu réticente à ce milieu de l'hopital psychiatrique.
En allant visiter ma grand-mère, je trouve qu'il y a peu d'activité proposé en fin de compte et les journées là-bas me paraissent très longue. Certains membres du personnels sont très sympatiques, d'autres ne le sont pas du tout mais ça j'imagine que c'est partout.
Pendant les heures de visites, je voix plus souvent les infirmier dans leurs bureaux qu'ailleurs... Bon, je peux imaginer qu'ils ont moins a faire à ce moment, mais j'aimerais les voirs plus actifs auprès de leurs patients.
Je me demande si les médicaments ne jouent pas un rôle sur la désorientation que ma grand-mère ressent (notamment le neuroleptique).

De plus, ma grand-mère dit se sentir extrèmement mal à cet endroit.
Je me sens un peu perdue entre ce que dis la psychiatre (la changer de lieu serait ralentir sa guérison parce qu'elle serait stressée) et ce que je ressens ainsi que le reste de ma famille (ma grand mère ne progresse pas et se sent mal dans cet endroit).

Qu'en pensez vous en lisant mon témoignage ? Connaissez vous d'autres lieux dont vous avez eu, ou un de vos proches, une expérience positive ?

Merci pour votre réponse à mes inquiétudes.

femme


[pas en ligne]


34 ans

Messages : 24
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Ponydreams.

A la lecture de ton témoignage, je comprend tes inquiétudes mais je pense qu'il faut relativiser tout ça.

Tout d'abord, par rapport à l'état psychique et psychiatrique de ta grand-mère, il semble que cette hospitalisation soit une bonne chose. Même si ta grand-mère se sent mal dans ce service, elle ne devait probablement pas se sentir bien chez elle non plus. De plus, on est jamais mieux que chez soi... et quelques jours au sein d'un hôpital (peu importe le service)nous rappelle rapidement ce petit principe.

Tu parles de son traitement médicamenteux, du fait qu'elle semble confuse. C'est toujours inquiétant de voir un proche dans cet état, malheureusement, le motif de son hospitalisation le justifie.
Je m'explique! Les traitements psychiatriques c'est un peu un jeu de fléchettes. On met un traitement de base, classique ou en fonction des autres médicaments nécessaires à la santé physique, et on observe ce qu'il se passe. Disparition des symptômes, apparition d'effets secondaires, bien-être du patient... Et de là, on ajuste, on modifie, jusqu'à trouver le traitement "idéal".
Bref, il est fort probable que ce soient les médicaments qui provoquent cet état de confusion, mais que ce ne soient que passager le temps de trouver ce qui lui convient le mieux. Il ne faut surtout pas hésiter à communiquer vos impressions à ce sujet à l'équipe médicale qui, ne connaissant pas ta grand-mère en dehors du service, pourraient éventuellement ne pas percevoir l'importance de cet état.

Quant à la sismothérapie, si mes souvenirs sont exactes, on garde ça en dernier recours.

En ce qui concerne les activités... c'est malheureusement de plus en plus vrai de ce type de services. Economie oblige!

Je connais ta formation (Bx ou liège?), et je sais par expérience, que certains professeurs présentent les choses comme étant très claires. Or la réalité est bien différente, et poser un diagnostic psychiatrique est loin (mais alors vraiment très loin) d'être évident. L'aspect médicamenteux est également très compliqué...

Maintenant il y a quelques points auxquels il faut faire attention : Y-a-t-il maltraitance physique et/ou morale? Depuis son hospitalisation, y-a-t-il une véritable prise en charge et remise en question du traitement quant à sa non-évolution?

Selon le psychiatre, quel est le pronostic? Retour à la maison possible ou plutôt placement?

Voilà, je ne sais pas si c'est le genre de message que tu attends... mais c'est un sujet très complexe!

Courage!




[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

Merci pour ta réponse Liloutache sourire

j'ai fais ma formation sur bruxelles.
évidemment que sa pathologie est grave, c'est d'ailleurs moi la première a avoir parlé d'une hospitalisation (en voyant son état et en voyant ma mère s'épuiser à la tache). Et je pense qu'elle en a besoin, tout en étant partagé par ce qu'elle renvoi actuellement.

Je me doute que ces diagnostics sont bien plus difficile à poser que dans mes cours théorique, j'ai d'ailleurs été surprise que la psychiatre en avait déjà un.

Maltraitance physique, il n'y a pas. Morale je ne pense pas du tout non plus.
Le traitement a été changé à son arrivée, et depuis quand on interroge les infirmiers : "il faut attendre qu'il fasse de l'effet". Elle ne voit pas de psychologue et voit la psychiatre une 10aine de minutes 2x par semaine. Cela me semble si peu... Heureusement elle a des thérapies de groupe.

Pour les activités c'est réellement dommage. J'ai vraiment le sentiment que les journées sont très longue là-bas triste Ma grand-mère a du mal a se concentrer pour lire en ce moment, et comme il n'y a pas la tv, je me demande ce qu'elle fait de tout ce temps vide... Enfin c'est mon propre points de vue.

Tu as raison aussi, quand tu dis qu'un séjour en hopital nous renvoi vite au fait qu'on est jamais si bien que chez soi.

La psychiatre n'est pas contre un retour à la maison, mais selon elle on en aura pour des mois avant qu'elle s'en sorte. En tout cas c'est ce qui motive ma grand-mère.

Ma grand-mère a déjà fait 2 épisodes dépressifs a 18 et 50 ans. Lorsqu'elle avait 18 ans, elle est allée dans un centre au pays-bas et quand elle en parle, elle dit qu'elle avait beaucoup plus confiance là-bas. Après c'est peut être avec le recul qu'elle est capable de dire cela...

Donc tu me conseille d'attendre encore et de voir comment les choses évolue ? Les signes qui doivent m'inquiéter seraient une éventuelle maltraitance physique ou morale, ainsi que pas d'évolution du traitement si elle n'évolue pas ?

femme


[pas en ligne]


34 ans

Messages : 24
Voir ses messages
Posté :

Je ne connais pas cet hôpital donc je te donne un point de vue assez général.

La question de la maltraitance est d'autant plus importante quand il s'agit de personnes âgées, donc c'est un point sur lequel il faut être prudent ( la violence peut être le fait de l'équipe médicale, mais aussi de membre de la famille).

Par rapport à l'évolution du traitement, je vois que ta grand-mère est hospitalisee depuis 2 semaines. Or c'est le temps qu'il faut pour qu'un antidepresseur (et neuroleptique aussi si mes souvenirs sont exacts) commence à montrer ses effets thérapeutiques. Donc de ce côté, il me semble prématuré de s'inquiéter.

J'avoue que le point qui me gêne le plus dans ton témoignage, c'est qu'on laisse ta grand-mère inactive la plupart du temps, ce qui n'est probablement pas favorable à sa pathologie. Ca laisse beaucoup de temps pour ruminer, et d'un point de vue cognitif le fait de ne pas stimuler n'est pas.très sain non plus, d'autant plus qu'il s'agit d'une personne âgée. Mais je ne suis pas sûre que tu trouves mieux ailleurs hmm

Un petit conseil, certains professeurs pourront te renseigner quant à cet hôpital. Surtout s'ils sont eux-mêmes médecins dans la région... rouge


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

Encore merci pour ta réponse...

Niveau maltraitance, je vais rester attentive mais j'ai pas le sentiment que ce soit d'actualité.

C'est également ce manque d'activité qui me dérange fortement ainsi que le peu de suivi psy. La désorientation due au médicaments me pose un soucis dans le sens où je trouve cela inquiétant de perdre ses repères, alors pour une personne qui souffre de l'anxiété. Mais bon, faire sans médicaments seraient probablement impossible a l'heure d'aujourd'hui.

Merci du conseil, et de ton attitude rassurante et bienveillante.

Pages: 1






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 6



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.