Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> Schizophrénie: que faire face au manque de motivation ?

Pages: [1] 


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,
je suis en dernière année, section éducateur spécialisé et dans le cadre de mon travail de fin d'étude j'ai effectué un stage dans une résidence experimentale pour malades mentaux psychotiques dits "stabilisés". J'ai tout d'abord souhaité innover et amener mes propres ateliers mais cela à très peu fonctionné.Soit les bénéficiaires se montraient peu intéressés soit la résidence étant expérimentale ne souhaitait pas amener de nouvelles choses.Quelles seraient vos conseils pour amener la personne à être acteur de sa vie? J'ai élaboré un questionnaire afin de savoir ce qu'ils aiment et ce qui pourrait les motiver à être actif et non plus passif de leur vie mais peu d'entre eux m'ont donné de nouvelles pistes de travail. L'un d'entre eux avait émis l'idée d'animer un groupe de parole mais la résidence a refusé cette idée.
Est-ce que vous, particulier ou vous, membres d'une équipe éducative rencontrez ce type de problème (le manque de motivation des personnes psychotiques)? Comment réagir face à ce type de situation?

femme


[pas en ligne]


Liege
49 ans

Messages : 2200
Voir ses messages
Posté :

d'abord c quoi vraiment la schizophrenie


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

La schizophrénie est une psychose, c’est-à-dire une maladie mentale dont le malade n’est pas conscient (contrairement à la névrose) et caractérisée par la perte du contact avec la réalité (hallucinations) et par des troubles plus ou moins graves de la personnalité.

femme


[pas en ligne]


Liege
49 ans

Messages : 2200
Voir ses messages
Posté :

donc si j comprends bien a certains moments ils sont deconnecte de la realite involontairement


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

oui

homme


[pas en ligne]


Messages : 93
Voir ses messages
Posté :

selon moi ton espoir est irréalisable,non pas de la faute des "malades",mais justement a cause de la manière dont ils sont traité....

déja des gars sous médoc c'est pas très réactif,leur médicament leur sont imposé par des pseudo spécialiste qu on appelle psychiatre,leur but,comme tu le dit,n'est pas de guérir mais de stabilisé,sous entendu une médication qui les rendront bien souvent végétatif et donc pas trop chiant et sans revendication,bref un bon client

donc pour faire rapide un moyen qui marche,c'est supprimé totalement les traitement de tout ces gens,coupé leur lien avec cette science qui n'en est pas une qu'est la psychologie,et ensuite quand cela est fait on peut envisagé des activité de groupe réelement thérapeutique

femme


[pas en ligne]


Vouziers

Messages : 630
Voir ses messages
Posté :

j'avais un beau-frere schysophrene,il a fini par se tirer une balle de fusil dans la tete.le medecin qui le suivais a eu comme oraison funebre:sa mort est sa guerison!a vous de juger.


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

essayer un atelier d'écriture peut être,le groupe de parole a été refuser vous en connaissez le motif?

maintenant,vous parlez du manque de motivation de ses bénéficiaires;vous devez absolument partir d'une activité de masse ou cela peut être individuelle?


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

merci pour vos réponses. Je ne pense pas qu'arreter la médication soit une solution. La médication leur permet de garder contact avec la réalité. Même si il est vrai que certains sont somnolents suite à leur médication, nous ne pouvons pas envisager un arrêt de leur médication. Un des rôles de l'éducateur est justement de faire comprendre que des substances toxiques ne sont pas à prendre et que la prise de médicaments est primordiale dans leur phase de stabilisation.

femme


[pas en ligne]


Verviers
29 ans

Messages : 2
Voir ses messages
Posté :

Je suis en 3ème éducateur spécialisé également. J'ai fais mon stage cette année chez les personnes psychotiques où il y avait énormément de schizophrènes. J'ai du faire un projet avec les patients, je leur ai demandé ce qui leur ferait plaisir ou ce qu'ils avaient envie de faire... Ils ont choisit des ateliers cuisine. Des recettes qu'ils choisissaient eux-même et je dois dire que ça leur à beaucoup plu. J'allais faire les courses avec un de groupe chaque semaine pour favoriser leur autonomie. J'avais énormément de difficultés au départ car comme tu l'as dit il faut sans cesse les stimuler car ils ne sont motiver pour pas beaucoup de choses... Je ne sais pas si ça peut se faire à ton endroit de trvail, mais ça peut être une idée...

Pages: [1] 






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 13



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.