Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> service d'aide à la jeunesse

Pages: 1

femme


[pas en ligne]


monceau sur sambre
48 ans

Messages : 13
Voir ses messages
Posté :

bonsoir tout le monde je ne sais pas si je suis sur le bon forum ! voilà ma fille qui est revenue habiter avec nous va accoucher d'ici peu l'one veut faire intervenir le service d'aide à la jeunesse car son copain en veut à son argent et par la même occasion à tout ce qu'elle pourra toucher pour la petite allocations familiales prime de la mutuelle le saj nous désignerais famille d'accueil si ma fille partait avec la petite chez son copain qui habite avec son frère et son père or à mon avis l'one veut plutôt mettre son nez dans nos affaires et je n'en ai vraiment pas envie. de plus je ne suis pas sûre que le saj placerait la petite chez nous en cas de problèmes ils la placerait dans une famille neutre qui peut me dire quelle serait la meilleure solution (son copain lui a déjà dit que si ils venait à habiter de nouveau avec ma fille il lui ,prendrait ses sous sa carte de banque et lui donnerais 50 euros par semaine pour les courses les langes le lait etc quand ils se sont mis en ménage début de cette année ma fille à tout payé loyer etc son copain donnait l'argent à son père car il est sous administration de biens donc n'a pas d'argent en mains) l'one à peur aussi car ma fille est allée en enseignement spécial pour un retard scolaire ce n'est pas pour autant qu'elle sera une mauvaise mère j'espère n'avoir pas été trop longue . je vous remercie bonne soirée


[pas en ligne]


Messages : 1869
Voir ses messages
Posté :

L’ONE a pour mission : l’accompagnement de l’enfant dans son milieu familial et son environnement social et l’accueil de l’enfant en dehors du milieu familial.

Si cet organisme s'occupe DÉJÀ de la situation à naître, il doit bien y avoir une raison.

Vous dites que votre fille a fréquenté l'enseignement spécial (ce qui, évidemment, ne veut pas dire qu'elle serait une mauvaise mère), que le père de l'enfant en veut à son argent et à l'allocation dont bénéficiera l'enfant, qu'il est "sous administration de biens" etc. etc.

Je peux comprendre que l'O.N.E. se préoccupe du sort de l'enfant ET de celui de la mère. Cela me semble même une excellente chose.


Le cas que vous exposez ressemble fort à un que je connais. Le 1er enfant du couple lui a été "retiré" (non sans raison, croyez-moi), le second est sous contrôle en permanence. Les voisins s'étonnent que ce petit dernier soit toujours chez ses parents parce que ...
Je ne voudrais pas être à leur place s'il arrivait quoi que ce soit à cet enfant. C'est très bien de ne pas vouloir "dénoncer", mais quid de "l'amour responsable" ????


Votre fille a eu, semble-t-il, le bon réflexe de revenir chez vous. Pourquoi retournerait-elle avec un homme qui ne se comporte pas en "bon père de famille" ? Si elle le décide, O.K., elle est (je suppose) majeure, mais qu'elle n'impose cela à l'enfant.

Elle est bien jeune et amoureuse sans doute !
Essayez de la raisonner. Au besoin, faites-vous aider.

Vous souhaitez que l'on vous confie votre futur petit-enfant au cas où ses parents seraient déchus de leurs droits. Ce ne devrait pas être impossible.

Espérons que cette histoire ait une heureuse issue !


Le SAJ : qu'est-ce que c'est?

Le SAJ est une autorité publique, intervenant uniquement dans le cadre PROTECTIONNEL (cela signifie donc qu’ils n’interviennent ni dans le domaine civil, ni dans le domaine pénal), qui peut entendre vos difficultés ; vous orienter vers un service dit "de première ligne" (c’est-à-dire les CPMS, CPAS…). Il s’agit donc d’un service qui, par ses conseils ou ses actions, propose une aide aux jeunes en difficulté ou en danger ainsi qu’à leurs familiers.

Un des objectifs du S.A.J. est de faire émerger, en collaboration avec le jeune et sa famille, une solution aux problématiques afin d’éviter l’intervention de la justice.

Il existe un S.A.J. par arrondissement (Namur, Liège, Charleroi, Mons, Tournai, Nivelles, Bruxelles, Marche-en-Famenne, Neufchâteau, Arlon, Huy, Dinant, Verviers). Vous pouvez prendre contact avec le service dont dépend votre lieu de résidence en leur téléphonant.

Il vous faut également savoir que des permanences sont organisées (il vous suffit de prendre contact avec eux pour en connaître les horaires). Par la suite, si vos difficultés le nécessitent, un rendez-vous sera convenu avec un délégué permanent.
Qui peut y faire appel ?


Les jeunes de moins de 18 ans qui sont en danger ou qui éprouvent des difficultés quelles qu’elles soient.
Les parents, les familiers qui éprouvent de graves difficultés dans leurs rôles de parents, dans leurs relations avec leurs enfants.
Les enfants dont la santé et/ou la sécurité est (sont) en danger.
Les enfants qui se trouvent dans des conditions d’éducation compromises par leur comportement, celui de sa famille ou de ses familiers.
Les services de première ligne (AMO, CPAS, CPMS, PSE…), aux écoles, hôpitaux qui seraient confrontés à une difficulté particulière relative à un enfant ou un jeune.
Il faut également savoir que le Délégué général aux Droits de l’enfant peut interpeller tous services de l’aide à la jeunesse au sujet de toutes plaintes, courriers qui lui auraient été adressés.

L'aide apportée

L'aide proposée par le SAJ est une aide volontaire, participative, c'est-à-dire que rien ne pourra être fait ou décidé sans l'accord des jeunes et/ou des parents concernés après échanges et négociations.

Après un premier entretien où vous avez aurez l'occasion d'expliquer les difficultés et les problèmes que vous rencontrez, le SAJ pourra alors vous proposer:

soit une orientation vers un autre service qui pourra mieux vous aider (une AMO, un centre de guidance, une maison de jeunes, un centre PMS, SOS-Enfants...) ;
soit un programme d'aide adapté à votre situation via l’intervention du Conseiller de l’aide à la jeunesse.

Concrètement, le SAJ propose alors l'aide d'un service social spécialisé.
Des droits et des devoirs
Si vous demandez une aide au SAJ, vous avez le droit...

de vous faire accompagner par une personne de votre choix;
de consulter les documents qui vous concernent;
de ne pas être d'accord avec les propositions du SAJ, il décidera dès lors, si nécessaire, d’orienter vers d’autres services (parquets).

L’enfant de 14 ans au moins est nécessairement associé à l’accord d’aide au même titre que ses parents. Sa signature est d’ailleurs requise.
Si vous acceptez l'aide proposée par le SAJ

Ce service assurera le suivi régulier de votre situation dans le cadre d’une coordination avec les services associés. Le programme d’aide proposé par le Conseiller de l’aide à la jeunesse est un contrat négocié avec les parties. Il a une portée d’un an. Cependant, si la situation le nécessite, cette durée peut être écourtée. Le contrat peut alors être renégocié, de nouvelles modalités pouvant être mises en oeuvre. Toutes les propositions du SAJ doivent être négociées, discutées et acceptées.
Si vous n'acceptez pas l'aide proposée par le SAJ
et qu’aucun accord n’est possible

Le conseiller de l’aide à la jeunesse peut renvoyer la situation vers le parquet jeunesse de son arrondissement. En fonction de l’état de danger, ce dernier pourra décider de saisir le Tribunal de la jeunesse en urgence ou pas ou encore de classer le dossier sans suite.

Enfin, il est possible que le Conseiller de l’aide à la jeunesse refuse l’octroi d’une aide ou encore que vous ne soyez pas d’accord sur une modalité du contrat négocié. Il vous sera alors possible de porter la contestation devant le Tribunal de la jeunesse de votre arrondissement qui tentera d’obtenir l’accord des parties sur les points litigieux ou tranchera si cela est nécessaire.

Pages: 1






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 14



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.