Syndrome de Ménière? – Aidonoo
Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli

> Syndrome de Ménière?

Pages: [1] 

femme tissounette


[pas en ligne]


Messages : 85
Voir ses messages
Posté : 19/04/2010 19h40

Bonsoir à tous et toutes,
Tout est dans mon titre, je cherche à avoir des renseignements sur ce syndrome. Quel traitement, quels conseils pouvez-vous me donner. Merci beaucoup!

femme Hermione


[pas en ligne]


Soignies
36 ans

Messages : 10923
Voir ses messages
Posté : 19/04/2010 20h43

Bonjour,

Mon papa en est atteint...

C'est une affection de l'oreille interne définie par l'association de quatre symptômes : crises de vertige, acouphènes de tonalité grave, sensation de plénitude de l'oreille et baisse de l'acuité auditive prédominant sur les fréquences graves au début de la maladie....

Le plus embêtant sont les vertiges et la sensation de tête qui tourne, de voir le sol se dérober...

Jusqu'à il y a un mois, mon papa était très "handicapé" par cela malgré ses médicaments... mais là, il a testé la kiné vestibulaire et ça a des effets très bénéfiques sur lui... il voit une nette amélioration.

Bon courage!

femme Andreia


[pas en ligne]


Bruxelles
29 ans

Messages : 294
Voir ses messages
Posté : 19/04/2010 20h45

La maladie (ou syndrome) de Ménière prend la forme d’épisodes imprévisibles et récurrents de vertige, qui s’accompagnent d’acouphènes et d’une baisse d’audition. Il s’agit d’une maladie chronique de l’oreille interne. Généralement, une seule oreille est atteinte.

Le nom d’un médecin français, le Dr Prosper Ménière, lui a été donné puisqu’il fut le premier à la décrire en 1861.

La médecine réussit à traiter la grande majorité des personnes atteintes de la maladie de Ménière. Cela dit, elle ne dispose pas encore d’un remède simple et efficace pour tous.

Cette maladie se manifeste en général chez les personnes âgées entre 30 ans à 50 ans. Elle affecte également les hommes et les femmes. En Amérique du Nord, la prévalence varie d’une personne sur mille à une sur dix mille.

Causes
Selon certains scientifiques, des blessures à la tête ou certaines infections pourraient provoquer la maladie de Ménière, mais sa cause exacte demeure inconnue.

Au point de vue physiologique, les symptômes seraient causés par un excès de fluides – plus exactement d’endolymphe – dans l’oreille interne. (Voir le schéma de l’oreille ci-dessus.) Présents en excès, les fluides augmentent la pression dans l’oreille interne, brouillant les signaux d’équilibre envoyés au cerveau. Durant une attaque de vertige, des renseignements contradictoires parviennent au cerveau, comme si le corps était à la fois debout et couché.

Notons que l’oreille interne contrôle aussi les facultés auditives, ce qui explique que la maladie de Ménière puisse compromettre l’audition.

Évolution de la maladie
Au cours des premières années de la maladie, les attaques de vertige tendent à s’intensifier. Puis, avec le temps, elles se font de plus en plus rares et s’atténuent tranquillement.

Souvent, des problèmes constants d’équilibre apparaissent en raison des dommages irréversibles que provoquent les attaques successives. En effet, durant les attaques, des cellules nerveuses responsables de l’équilibre peuvent mourir et elles ne sont pas remplacées. Par ailleurs, la perte d’audition qui, au début de la maladie, survient seulement pendant les crises, tend à persister et à s’aggraver.

Une seule oreille est généralement affectée, mais certaines personnes contractent la maladie dans l’autre oreille aussi. On ne peut prédire si ce sera le cas.

Conséquences
L’imprévisibilité des symptômes peut générer beaucoup d’appréhension et d’anxiété. Des activités quotidiennes, comme la conduite automobile, peuvent devenir risquées. Il existe de nombreuses associations qui viennent en aide aux personnes atteintes de la maladie de Ménière (voir les Groupes de soutien dans Documents associés).

Symptômes
haut Souvent, une série de crises surviennent sur une courte période de temps, allant de quelques semaines à quelques mois. Les crises disparaissent ensuite pendant plusieurs mois.

Signes précurseurs
Les crises de vertige sont parfois précédées de quelques signes précurseurs.

■Une sensation de plénitude dans l’oreille, comme cela survient en haute altitude.
■Une perte partielle d’audition accompagnée ou non d’acouphènes.
■Un mal de tête.
■Une sensibilité aux sons.
■Des étourdissements.
■Une perte d’équilibre.
Symptômes d’une crise
En général, les symptômes durent de 20 minutes à 24 heures et entraînent un grand épuisement physique.

■Un vertige intense et soudain, qui oblige à se coucher. On peut avoir l’impression que tout tourne autour de soi, ou qu’on tourne soi-même.
■Une perte partielle et fluctuante d’audition.
■Des étourdissements et un mauvais équilibre.
■Une sensation de plénitude dans l’oreille et des acouphènes.
■Des mouvements rapides des yeux, non contrôlables (le nystagmus, en langage médical).
■Parfois, des nausées, des vomissements et des sueurs.
■Parfois, des maux de ventre et de la diarrhée.
Entre les crises
■Chez certaines personnes, des acouphènes et des problèmes d’équilibre persistent.
■Avec les années, la perte d’audition (partielle ou totale) tend à être permanente.
Personnes à risque
haut Il y aurait une prédisposition génétique, mais les données à ce sujet sont très variables. Ce serait le cas chez 10 % à 50 % des personnes atteintes de la maladie de Ménière.

Facteurs de risque
haut On ne connaît pas de facteurs de risque liés à cette maladie, mais il semble que les éléments suivants puissent déclencher des crises de vertige chez les personnes atteintes de la maladie de Ménière.

■Une période de stress émotionnel élevé.
■Une grande fatigue.
■Des changements de pression barométrique (en montagne, en avion, etc.).
■L’ingestion de certains aliments, comme ceux qui sont très salés ou qui contiennent de la caféine.

haut Peut-on prévenir?

Puisqu’on ne connaît pas la cause de la maladie de Ménière, on ne dispose actuellement d’aucun moyen de la prévenir.



Mesures pour réduire l’intensité et le nombre de crises

Très peu d’études cliniques ont mesuré l’efficacité des mesures suivantes à prévenir les crises et à en réduire l’intensité. Toutefois, d’après les témoignages de médecins et de gens atteints de la maladie, elles semblent être d’une aide précieuse.

Médicaments

Certains médicaments prescrits par le médecin permettent de réduire la pression dans l’oreille interne. Parmi ceux-ci, figurent les médicaments diurétiques, qui engendrent une perte accrue de liquides par l’urine. Le furosémide, l’amiloride et l’hydrochlorothiazide (Diazide®) en sont des exemples. Des médicaments vasodilatateurs, qui ont pour effet d’augmenter l’ouverture des vaisseaux sanguins, sont parfois utiles, comme la bétahistine (Serc®). Il semble que l’association des médicaments diurétiques et d’une alimentation pauvre en sel (voir plus bas) soit souvent efficace pour réduire les vertiges. Elle aurait toutefois moins d’effet sur la perte d’audition et les acouphènes.

Note. Les personnes qui consomment des diurétiques perdent de l’eau et des minéraux, comme le potassium. À la Clinique Mayo, on recommande de veiller à inclure dans son alimentation des aliments riches en potassium, comme le cantaloup, le jus d’orange et les bananes, qui en sont de bonnes sources. Voir la fiche Potassium pour en savoir plus.

Alimentation

■Adopter une alimentation faible en sel (sodium) : les aliments et les boissons riches en sel peuvent faire varier la pression dans les oreilles, puisqu’ils contribuent à la rétention d’eau. On suggère de viser un apport quotidien de 1 000 mg à 2 000 mg de sel. Pour y parvenir, ne pas utiliser la salière et éviter les mets déjà préparés (soupes en sachets, sauces, etc.). Le sel contenu naturellement dans les aliments fournira la quantité de sel nécessaire.
■Éviter de manger des aliments qui contiennent du glutamate monosodique (GMS), une autre source de sel. Les aliments préemballés et certains aliments de la cuisine chinoise sont plus susceptibles d’en contenir. Bien lire les étiquettes.
■Éviter la caféine, que l’on retrouve dans le chocolat, le café, le thé et certaines boissons gazeuses. L’effet stimulant de la caféine peut aggraver les symptômes, plus particulièrement les acouphènes.
■Limiter également la consommation de sucre. D’après certaines sources, une alimentation riche en sucre aurait un impact sur les fluides de l’oreille interne.
■Manger et boire régulièrement aide à réguler les fluides corporels. À la Clinique Mayo, on recommande de manger à peu près la même quantité de nourriture à chaque repas. Même chose pour les collations.
Mode de vie

■Tenter de réduire son stress, puisqu’il s’agirait d’un facteur déclencheur important des crises. Un stress émotionnel augmenterait le risque de crise dans les heures qui suivent1. Lire notre dossier Le stress et l’anxiété pour prendre connaissance des moyens qui aident à reprendre le contrôle.
■En cas d’allergies, éviter les allergènes ou les traiter à l’aide d’antihistaminiques; les allergies augmentent la quantité de fluides dans les oreilles. Consulter notre fiche Allergies.
■Cesser de fumer. Il semble que cette mesure ait aidé certaines personnes.
■Garder un éclairage important durant le jour, et un éclairage léger la nuit afin de faciliter les repères visuels pour prévenir les chutes.



Traitements médicaux
haut Traitements médicamenteux
Durant une crise, les médicaments contre la nausée (benzodiazépine : Lorazépam, dimenhydrinate : Gravol®) ou contre les vertiges (méclizine : Bonamine®) peuvent apporter un soulagement temporaire.

Les médicaments diurétiques et les médicaments vasodilatateurs, obtenus sur ordonnance, peuvent aider à prévenir ou à réduire le nombre de crises de vertige. Voir la section Prévention.

Le médecin procède parfois à l’injection d’un antibiotique, habituellement la gentamicine, à travers le tympan de l’oreille atteinte. Ce produit est toxique pour les cellules, et détruira les tissus de l’oreille interne. Ainsi, le cerveau ne recevra plus de signaux d’équilibre contradictoires, ceux-là mêmes qui causaient les vertiges. Plusieurs injections sont parfois requises, selon la réponse au traitement. Il peut y avoir une période initiale de déséquilibre. En raison de la toxicité de l’antibiotique, le risque qu’il y ait détérioration de l’audition dans l’oreille traitée est d’environ 20 %.

Exercices de rééducation
Un physiothérapeute ou un ergothérapeute peuvent enseigner des exercices – que l’on peut faire chez soi – qui permettront de réapprendre à garder l’équilibre. Les exercices consistent à faire des mouvements de la tête et du corps pour corriger la sensation de perte d’équilibre. Ils entraînent le cerveau à utiliser des repères visuels et proprioceptifs différents pour maintenir l’équilibre et la démarche.

Traitements chirurgicaux
La chirurgie est habituellement réservée aux cas réfractaires et graves, car elle peut avoir pour conséquence une perte d’audition dans l’oreille traitée.

Décompression du sac endolymphatique. On enlève la couche d’os qui entoure le sac endolymphatique, la partie de l’oreille interne qui contient les fluides (l’endolymphe), afin de faciliter l’évacuation de l’excès de liquide. Cette intervention chirurgicale se pratique à l’arrière de l’oreille. Chez environ une personne sur deux, elle permet de réduire les vertiges de moitié. L’intervention comporte cependant un léger risque de perte d’audition. Il s’agit de l’opération la plus couramment effectuée.

Section du nerf vestibulaire. Le nerf vestibulaire, qui sert à envoyer les signaux relatifs à l’équilibre de l’oreille interne vers le cerveau, est sectionné. Ainsi, il n’envoie plus de signaux ininterprétables au cerveau. Cette opération, efficace pour éliminer les vertiges, expose toutefois le patient à une perte d’audition permanente. Elle est cependant rarement employée parce qu’elle est techniquement difficile à pratiquer.

Labyrinthectomie. Cette intervention consiste à détruire complètement les composantes sensitives de l’oreille interne (aussi appelée labyrinthe). Draconienne, elle est la plus efficace pour traiter les vertiges, mais entraîne la perte complète et irréversible de l’audition. La labyrinthectomie est parfois envisagée dans le cas où les injections d’antibiotiques se sont avérées inefficaces, ou lorsque les fonctions auditives sont déjà très faibles.




Conseils durant une crise


■S’asseoir ou se détendre.
■Fixer le regard sur un objet.
■Bouger la tête le moins possible, car même les petits mouvements accentuent les symptômes.
■Éviter la lumière vive.
■Ne rien ingérer tant que les nausées persistent.
■Privilégier le silence. Les sons de la télévision et de la radio deviennent fort irritants.
■Ne pas lire tant que les symptômes persistent.
■Rester calme et se reposer aussi longtemps que les symptômes sont présents.
■Une fois la crise passée, noter les symptômes afin de mieux les décrire à son médecin.


L’opinion de notre médecin
haut La maladie de Ménière est une maladie très frustrante pour vous, mais aussi pour les gens qui vous traitent. Il est donc important de créer un climat de confiance et d’échange avec votre médecin. Si vous explorez la voie des traitements alternatifs, informez-en votre médecin pour qu’il puisse inclure ces données dans son évaluation.

Il est impératif que vous ne vous laissiez pas contrôler par la maladie. Ne la laissez pas vous envahir. Profitez de l’occasion pour adopter un rythme de vie plus sain. Certains de mes patients ont vu une nette amélioration de leur état après avoir réorganisé leur vie dans le but d’éprouver moins de stress au quotidien.

Une alimentation faible en sel, mais riche en eau sera aussi excellente pour votre cœur et votre pression artérielle. Et quand tout cela sera fait, ne soyez pas découragé non plus par les sautes d’humeur de cette maladie! En effet, la maladie de Ménière peut rester tranquille durant des mois, puis exploser durant des semaines avant de se calmer de nouveau. Les médecins ont donc tendance à être très patients avant de changer de traitement et de considérer la chirurgie. Encore une fois, confiance et dialogue sont fondamentaux.



Dr Dominique Dorion, oto-rhino-laryngologiste




Révision médicale (février 2007) : Dr Dominique Dorion, oto-rhino-laryngologiste, M.Sc. physiologie, Chaire Lucie et André Chagnon pour l’enseignement d’une approche intégrée en prévention, Université de Sherbrooke.
Révision médicale (mai 2005) : Dr Paul Lépine, M.D. D.O.



Homéopathie. Dans le cadre d’une étude à double insu menée auprès de 105 personnes atteintes d’un vertige aigu ou chronique de cause variée (incluant la maladie de Ménière), un remède homéopathique s’est avéré aussi efficace que la bétahistine, un médicament de synthèse, pour réduire la fréquence et l’intensité des épisodes de vertige5. Le traitement homéopathique comprenait une combinaison d’Ambra grisea, de Conium, de Petroleumm et de Cocculus. Les traitements ont été prodigués durant six semaines. Cette étude a été publiée en 1998, aucun autre essai clinique à ce sujet n’aurait été publié depuis. Voir notre fiche Homéopathie.

Ginkgo biloba (Ginkgo biloba). La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l’usage du ginkgo biloba pour le traitement du vertige et des acouphènes. Cependant, aucun essai clinique avec groupe témoin n’a porté sur des personnes atteintes de la maladie de Ménière. En revanche, une étude à double insu avec placebo portant sur 70 personnes atteintes de vertiges d'origine indéterminée a démontré que l'administration de ginkgo biloba permettait de diminuer l'intensité, la fréquence et la durée des crises dans 47 % des cas, comparativement à 18 % pour le groupe témoin2. Une étude au su menée auprès de 45 personnes souffrant de vertiges causés par une lésion vestibulaire indique que, jumelé à une physiothérapie, le ginkgo biloba a permis une amélioration plus rapide des symptômes que la physiothérapie seule3. En ce qui concerne les acouphènes, les résultats des études ont été contradictoires jusqu’à présent. Une méta-analyse concluait, en 2004, que le ginkgo biloba n’est pas plus efficace qu’un placebo pour traiter les acouphènes4.
Dosage
La Commission E recommande de prendre de 120 mg à 160 mg d'extrait (50:1) par jour, en deux ou trois doses.

Médecine traditionnelle chinoise. En Médecine traditionnelle chinoise (MTC), on traite la maladie de Ménière par l'acupuncture, la pharmacopée chinoise, ou l’association des deux. D’après Pierre Sterckx, docteur en Médecine traditionnelle chinoise, les préparations médicinales les plus couramment utilisées sont Wu Ling San, Wen Dan Tang, Banxia Baizhu Tianma Tang et Xuan Yun Tang, une décoction pour le vertige. D’après nos recherches, aucune étude clinique n’a été menée pour tester l’efficacité de l’acupuncture pour traiter les symptômes de la maladie de Ménière. On trouve néanmoins quelques rapports de cas faisant état d’une amélioration des symptômes6.
Par ailleurs, certaines associations à but non lucratif recommandent le tai-chi, un art martial d’origine chinoise, pour aider à améliorer l’équilibre7. Cet art mise sur la pratique de mouvements lents et précis, en portant une attention sur la respiration et la concentration.

Gingembre (Zingiber officinale). Le gingembre est utilisé par certaines personnes atteintes de la maladie de Ménière pour réduire la nausée qui peut accompagner les crises de vertiges. Cependant, cet usage n’est pas appuyé par des preuves scientifiques. Il repose plutôt sur d’autres données indiquant que le gingembre aide à soigner les nausées reliées notamment au mal de mer, au mal des transports et à la grossesse.

Sites d’intérêt
haut Canada

Balance and Dizziness Disorders Society (BADD)
www.balanceanddizziness.org

The Canadien Hearing Society/La Société canadienne de l’ouïe
www.chs.ca

Menieres.org
www.menieres.org

Meniere’s Disease Information Center
www.menieresinfo.com

Belgique

Entraide Ménière
www.entraide-meniere.be

États-Unis

The Hyperacusis Network
www.hyperacusis.net

Vestibular Disorders Association
www.vestibular.org

Berengere


[pas en ligne]


Bon jour !

Messages : 29263
Voir ses messages
Posté : 20/04/2010 11h13

Bonjour,
Cette maladie est assez connue mais doit être diagnostiquée. J'ai eu des vertiges, des crises d'étourdissement avec acouphènes, nausées et grande fatigue s'ensuivant. Après avoir été hospitalisée d'urgence, j'ai vu un ORL qui m'a fait passer de l'eau dans les oreilles : j'avais une différence (de pression ?) entre les deux, ce qui causait les vertiges. J'ai pris du Betaserc et fait de la kiné vestibulaire et c'est passé. Maintenant, ça recommence triste
Mais ce n'était pas le fameux syndrome de Menière, ouf. Donc ne panique pas trop vite si ce n'est pas diagnostiqué !
A tout hasard, je conseille l'équipe d'Erasme clien d´œil

femme soda


[pas en ligne]


simply the pest..

Messages : 39024
Voir ses messages
Posté : 20/04/2010 12h43

Ma soeur a le syndrome de Menière, elle a été soignée à Braine l'Alleud.

femme tissounette


[pas en ligne]


Messages : 85
Voir ses messages
Posté : 20/04/2010 14h48

Merci pour vos réponses, je vais prendre rdv encore et encore chez un orl.

femme tissounette


[pas en ligne]


Messages : 85
Voir ses messages
Posté : 22/04/2010 09h38

Salut les filles, je reviens vers vous, car je souhaiterais rencontrer un orl spécialiste en epreuve vestibulaire( pour détecter si j'ai ce syndrome ou pas...)sur namur si possible... Merci pour vos infos!

Berengere


[pas en ligne]


Bon jour !

Messages : 29263
Voir ses messages
Posté : 22/04/2010 09h41

Coucou, Tissounette, je ne jure que par Erasme, et j'y vais de la région de Charleroi !
Bonne route sourire

femme tissounette


[pas en ligne]


Messages : 85
Voir ses messages
Posté : 22/04/2010 09h52

Salut Berengere, merci pour ta réponse, pourrais tu me conseiller un orl spécialiste des vertiges à Erasme? merci

Berengere


[pas en ligne]


Bon jour !

Messages : 29263
Voir ses messages
Posté : 22/04/2010 09h58

J'avais vu Mme Haegeman, qui est bien sympathique, en prime. Mais je suppose qu'ils sont tous très bien.

Pages: [1] 






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 1
Invités en ligne: 18


Actuellement en ligne :
fée-rose

Petites annonces sur Sweeli