Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> A même cause, même effet ... quelques pistes de réflexion

Pages: [1]  [3]


[pas en ligne]


Messages : 5151
Voir ses messages
Posté :

Je l'ai lu... et avais envie d'en partager un bout avec vous sourire

Tous ces freins qui nous empêchent d’évoluer, ces choses impalpables qui ruinent nos relations… un tas d’idées me sont apparues, réapparues plus clairement en lisant G.Livingston.
… alors, j’avais envie de partager un bout de son œuvre avec vous…
Ces choses, dont certaines m’avaient déjà été données par vous, au travers d’échanges, ou de lectures :cœur :

... extrait... (un brin adapté clin d´œil )
L’erreur est humaine et joue un rôle essentiel dans l’apprentissage, basée grandement sur l’expérience. Ce qui est frustrant c’est de constater qu’on répète toujours les mêmes. Cette répétition est particulièrement évidente dans la manière de choisir ses intimes.
Bizarrement, le taux d’échec des remariages est supérieur à celui des premières unions, alors qu’on pourrait espérer qu’une première expérience rende plus avisé.

La leçon à tirer ? D’un point de vue philosophique et comportemental, nous différons peu à 40 ans de la personne que nous étions à 20. Est-ce à dire que les années écoulées ne nous ont rien appris ? Occupés à avoir la tête pleine, à courir, à tenter de trouver notre place dans la société… nous n’apprenons rien sur nous, ni sur les raisons qui nous font choisir de vivre avec telle ou telle personne.

Apprendre ce n’est pas tant accumuler des réponses, que trouver comment formuler les bonnes questions.

La plupart de nos actes sont mus par des motivations inconscientes. Et comme nous aimons à nous prendre pour des êtres de raison aux comportements rationnels, nous trouvons déconcertant de devoir reconnaître que des besoins, des désirs et des peurs relativement inconscients influent sur notre quotidien. Par exemple l’ « oubli » peut être interprété comme la manifestation de l’inconscient dans certains de nos actes. Pourquoi oublie-t’on plus facilement un rendez-vous chez le dentiste qu’une invitation à une fête ? Comment interpréter l’oubli d’un anniversaire, d’un nom, d’une promesse…

Le choix d’un partenaire n’échappe pas à cette règle.. L’auteur nous donne un critère d’évaluation important à mes yeux, pour nous aider lors de décisions importantes : « comment je me sens ? » … (en matière de relation : puis-je dire comme Jack Nicholson dans « Pour le pire et pour le meilleur » : « tu me donnes envie de devenir meilleur » ?)

Ce qui est surprenant, c’est de voir comment nos plus étroites relations finissent par ressembler à une lutte de pouvoir opposant 2 ennemis intimes. Le sentiment de destinée commune est remplacé par une lutte quotidienne dont l’enjeu consiste à conserver une certaine estime de soi, apparemment menacée par la personne qui nous connaît le mieux. Qui voudrait vivre ainsi, en état d’hyper-vigilance et de rivalité.

Abandonner les commentaires désobligeants qui sont à la source de beaucoup de conflits, ne parait pas simple. D’abord car nous nous défaussons sur l’autre de la responsabilité d’apporter un changement, et surtout car nous considérons que nos mots ne sont qu’une forme de défense et non d’attaque. La peur de se rendre vulnérable… au cœur de ce scepticisme se cache la méfiance.

Cela devrait nous amener à une question : pourquoi vivre avec quelqu’un en qui nous n’avons pas confiance ? … mais cette question est rarement posée, car elle interroge les raisons qui ont fait que 2 êtres ont partagé leur vie pendant des années… Est-ce à dire que seul les enfants, l’argent, la peur de la solitude et notre propre inertie en soient l’explication ?

La vérité c’est que beaucoup ne placent pas la barre très haut en matière de bonheur, considérant tout bonheur durable comme un idéal romantique factice mis en avant par l’industrie du spectacle. Cette désillusion est un obstacle majeur au changement, car personne n’ira prendre de risque sur le plan affectif pour poursuivre des objectifs inaccessibles.

Pourtant, même ceux qui professent le plus profond cynisme à propos de leur propre vie, souhaitent un meilleur sort à leurs enfants. Risquer le changement, pour le bien de nos enfants… ?

Ce n’est qu’un bout, tout petit bout de réflexion … à méditer peut-être ? sourire

femme


[pas en ligne]


.. derrière la plinthe ..
64 ans

Messages : 4981
Voir ses messages
Posté :

"Pourquoi vivre avec quelqu'un en qui nous n'avons pas confiance". Quelques pistes de réponse : - on n'a pas toujours le choix ; - difficile de faire confiance à un(e) autre, quand on a vécu un mariage douloureux ; - les responsabilités parentales : pas facile de rompre quand on a la charge de plusieurs enfants. Nous les avons fait, et nous devons dès lors les assumer ; - bref, rien n'est simple. Ce ne sont là que quelques réflexions, non exhaustives.


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

Cela devrait nous amener à une question : pourquoi vivre avec quelqu’un en qui nous n’avons pas confiance ? … mais cette question est rarement posée, car elle interroge les raisons qui ont fait que 2 êtres ont partagé leur vie pendant des années… Est-ce à dire que seul les enfants, l’argent, la peur de la solitude et notre propre inertie en soient l’explication ?


j'en connais beaucoups qui disent:" oui c'est pour les enfants qu'on reste ensemble "

baliverne, ils ont peur de devoir faire face a des choses qu'ils ne connaissent plus et ça va de la remise en question,des eventuels echecs qu'ils referaient, en passant par la peur de se demmerder seul.

c'est plus facile de se cacher derriere les enfants

femme


[pas en ligne]


.. derrière la plinthe ..
64 ans

Messages : 4981
Voir ses messages
Posté :

Il ne s'agit pas de se cacher, mais il faut avoir de l'argent pour partir avec des enfants à charge, on ne peut quand même pas les emmener dans une histoire encore plus compliquée.


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

pas d'argent voilà une des raisons invoquees aussi

il est pas plus preferable de les laisser dans un climat de mesentente total; de disputes,de menaces,de coups tordus ou ils se sentent entre 2 meme si ils n'expriment pas le malaise ils le comprennent.


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

ceci dit tu n'as peut etre pas l'argent des le depart mais les enfants en general restent avec celui qui a la garde et qui recoit une compensation financiere de la part de l'autre.


[pas en ligne]


Messages : 5151
Voir ses messages
Posté :

Soeurette, Fred,

2 choses me viennent à l'esprit en vous lisant.

1. On n'a pas toujours le choix...
... là je ne suis pas d'accord. On a "toujours" le choix. Mais chaque choix a des conséquences.

2. Se cacher derrière les enfants
... je ne pense pas que ce soit "se cacher", c'est essayer de faire au mieux dans l'intérêt des enfants. Reste une question... les enfants sont-ils mieux dans une ambiance tendue ou violente ?

Fred,
la plus grande de nos peur...celle qui est réellement universelle... n'est elle pas celle de l'inconnu ?

Je doute qu'il y ait une réponse claire et univoque.
Poser la question du "pourquoi rester", ne veut pas dire que la réponse est automatiquement du simple binaire : partir ou rester.

... et si la réponse était... évoluer ?
Si la relation n'est pas satisfaisante, pourquoi ne pas commencer par en chercher le "pourquoi" ... et essayer de transformer les habitudes.

Je me doute, un peu simple... comme réponse.
Et puis surtout, dans le genre : "faite ce que je dis, pas ce que je fais..." c'est un modèle très content

Soeurette,
je ne suis pas trop certaine que l'on ne puisse pas inverser cette "méfiance" et la transformer en confiance (tout le débat sur le role du passé dans notre futur sourire ).

Par contre, c'est un choix, et un engagement est quelque chose de lourd à porter (c'est forcément une limitation de soi) ... d'où je suis de plus en plus persuadée que le bonheur n'est pas dans les relations amoureuses... mais en nous. sourire


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

Fred,
la plus grande de nos peur...celle qui est réellement universelle... n'est elle pas celle de l'inconnu ?

oui l'inconnu est une peur qui remonte a la nuit des temps mais si on ne cherche pas a la depasser, ne risque t'on pas de passer a cote de choses (bonheurs,joies,echecs
nous apprenant quelque chose)

la peur aussi de devoir se remettre en question parce qu'on se croit bien comme on est .



2. Se cacher derrière les enfants
... je ne pense pas que ce soit "se cacher", c'est essayer de faire au mieux dans l'intérêt des enfants. Reste une question... les enfants sont-ils mieux dans une ambiance tendue ou violente ?

pour l'avoir vecue dans mon enfance je peux t'assurer que non et encore aujourd'hui j'en ai des traces. ce n'est pas parce que l'enfant ne dit rien ou qu'il est jeune qu'il ne comprend pas et ne ressent pas les tensions,ça influence son propre developpement

femme


[pas en ligne]


simply the pest..

Messages : 39432
Voir ses messages
Posté :

Et vivre avec qq 'un sans faire d'enfants, parce que justement, on "sent" que ce genre de problème fera surface un jour ou l'autre et qu'on ne se sent pas capable ou tout simplement qu' on n'a pas envie de vivre cette vie, ce n'est pas bien "vu" non plus, alors quoi.....
Peut-on me reprocher de ne pas être un mouton de panurge, ou de me jeter tout droit dans la gueule du loup.
Après tout, être différent des autres, il parait qu'on peut.
Et c'est une autre façon de voir la vie avec un compagnon.

De toute façon quoiqu'on fasse, l'idéal n'existe pas.


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

sur cette note je m'en vais travailler sinon je ne decollerais jamais du sujet

bonne soiree a vous

Pages: [1]  [3]






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 15



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.