Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> But d'une psychanalyse

Pages: 1


[pas en ligne]


Messages : 1
Voir ses messages
Posté :

Bonsoir,

J'aimerais avoir vos avis.

J'étais suivie par un psychanalyste et tout ce qu'il a fait dans la thérapie c'est de me rendre encore plus mal. Il m'a fait tomber encore plus bas qu'avant. Je ne sais pas quel est son vrai rôle mais quand je lui expliquais mes problèmes, il me faisait comprendre que je l'emmerdais, il soufflait ou répondait avec ironie à ce que je lui disais. Il savait que j'avais du mal à avoir confiance (en particulier envers les hommes) et il m'a mise dans uns situation où je ne pouvais pas du tout lui faire confiance.

Aujourd'hui, je suis de plus en plus mal, J'ai l'impression qu'il m'a rendue encore plus mal qu'autre chose. Je ne peux même pas envisager de voir un autre psy par peur de tomber encore plus bas.

Je me pose vraiment des questions sur le rôle d'un psychanalyste et le but de ce genre de thérapie. Je ne suis pas sûre qu'enfoncer un patient soit vraiment une solution...

J'aimerai donc savoir si c'est normal ce genre de réactions venant d'un psy?

Merci.


[pas en ligne]


Messages : 104
Voir ses messages
Posté :

Non, ce n'est pas normal !

La psychanalyse est une méthode parmi beaucoup d'autres. Elle convient à certains, pas à d'autres. De même, un psy peut convenir à une personne, mais pas du tout à une autre.

Ce qui est sûr, c'est qu'il est important de choisir une méthode qui vous convient (préférez-vous travailler en face à face ou sur le divan, avec un psy qui intervient (parle sourire) très peu ou davantage ...) et surtout un(e) psy avec lequel vous vous sentez bien. Il faut parfois quelques séances avant de savoir si c'est le bon !

Je vous invite donc à ne pas vous décourager et à chercher la "bonne" personne, celle qui saura gagner votre confiance et qui pourra vous aider.

Cela en vaut la peine !

femme


[pas en ligne]


Messages : 104
Voir ses messages
Posté :

La réponse qui t'est donnée précédemment est claire, nette et précise, et sans doute très pro.
Je ne pourrais pas être plus explicite.

Peut-être que cet avis te réconfortera et surtout apaisera un peu tes doutes ou les ruminations qui sont légion dans ces cas-là.

Maintenant t’es-tu demandé quelles étaient tes attentes par rapport à la psychanalyse, sais-tu ce que tu peux attendre en général d’une thérapie ?

Comment commander un plat si on ne sait pas ce qui est au menu ? et encore plus, comment se faire confiance quand certaines méthodes très discriminées, parce qu’elles étaient hors du champs de ce qui se faisait dans les universités, ou plutôt ne se faisaient pas il y a 20 ans ! maintenant qu’elles y sont enseignées ce sont les thérapeutes qui sont discriminés et dans le colimateur.

De mon point de vue, Il est facile de déduire en te lisant, que tu es comme une biche aux abois, qui, apeurée par les coups de feu des chasseurs, a perdu tous ses repères.
Elle a couru sans savoir où elle allait (sans choisir) et est sortie du bois qui la sécurisait, pour se retrouver sur une route inconnue, où elle s'est fait happer par une voiture. Cruellement blessée elle est maintenant paralysée, elle n'est ni bien sur son territoire, et encore moins bien en dehors de son territoire, quoi qu'elle fasse elle se sent piégée. Elle ne sait plus quoi faire.

Dans cas, il y a une répétition de schéma, tes expériences se sont cristallisée sous forme de croyance limitante: je ne peux faire confiance en personne, je ne sais plus quelle direction prendre.

Faut-il sous prétexte de ne pas être commanditée pour une mission de thérapie, juste répondre à ta question, en te donnant un simple avis, puisque « c’est ce que tu demandes » ? Sachant que justement, peut-être que tes attentes sont de pouvoir ou savoir faire confiance, ce n’est donc pas que tu en manques, mais sans doute que tu as trop fait confiance, ce qui est légitime puisque les grands, en commençant par nos parents auraient dû être de bons guides, nos professeurs aussi, et les notables que nous consultons, les médecins bardés de diplômes, et nos gouvernants aussi ! Hum !

Est-il juste de mon point de vue, de te rassurer et te donner l'envie de consulter à nouveau, sachant que sans guide, sans mode d’emplois, et privée de tes instincts de survie positifs, tu vas sans doute continuer à faire des choix de façon inconsciente, aveuglée à tout par ton stress, et recommencer à tourner dans ton cercle vicieux en allant d'une personne peu fiable et scrupuleuse, en personnes qui abuseront de ton état de faiblesse, et de ta détresse. Ce qui confirmera la croyance que tu t'es programmée. (quand on croit dur comme fer à quelque chose, on se donne les moyens de trouver des preuves que l'ont à raison, on trouve les personnes qui nous confirme que nous avons raison )

Dans notre monde, une biche affaiblie, ou tuée par balle ou par une voiture est considérée comme comestible!

Ca va sans doute te paraître excessif, mais même en exposant ton problème ici, tu deviens une proie pour le chat qui guette.

Et oui, chez les humains, là où la loi de la jungle règne, on ne traîne pas une biche blessée comme un boulet, on la consomme.... l’Homme à gardé ses instincts de chasseur (ceux qui n’ont pas encore muté) et a gardé son instinct de survie animal, il peut être dangereux.

Alors, mon avis :
Je ne suis pas trop pour la psychanalyse, mais j’ai un jour entendu Christine Agot auteure, dire lors d'une émission de Fogiel, que sans la psychanalyse elle ne s'en serait jamais sortie.
Elle a sans doute trouvé un lieu hermétique, et une personne de confiance, chez qui elle ne se sentait pas jugée, qui réunissait les conditions qui lui ont permis pour la première fois de se délivrer d'un lourd secret, dire des choses qu'on lui avait interdit de dire, et se libérer ainsi de la honte qui ne lui appartenait pas, mais bien à ses bourreaux. Et ainsi de sortir de l'état de torpeur dans laquelle ils l'avaient plongée en la menaçant de représailles si elle parlait.
Christine Angot a ensuite trouvé sa résilience (elle a rebondit) grâce à "l'écriture", qui pour certains est aussi une technique qui fait partie des thérapies.

Chaque cas étant différent, il y a autant de techniques de thérapies que de cas. Et adéquates ou obsolètes, selon les besoins que l'on rencontre sur le chemin de son évolution.

Mais sache qu'aucun thérapeute correcte, ne te poussera dans tes retranchements, sans te donner avant, des moyens de réagir pour sortir plus forte de la situation difficile à affronter, c'est à dire d'être capable de prendre la responsabilité des problèmes en posant des choix, en prenant des décisions posément, et surtout en ayant retrouvé l’accès à des compétences que tu croyais peut-être ne pas avoir. Ceci à la place de rester dans l'impasse et de subir les autres.

Les américains d'où proviennent pas mal de techniques, diraient : pour devenir une gagnante, a winner plutôt qu'une perdante, a loser.

Je n'aime pas cette notion de compétition, qui est en somme une partie du problème. Car dans cette vision, pas de démocratie, ni d'humanisme à l'horizon. Seul le meilleur gagne, il n'y a pas de place pour tout le monde dans leurs croyances, et la quête de perfection peut amener tout droit au burn-out, mais les techniques sont bonnes si elles s’inscrivent dans une vision globale du monde et à très long terme: dans la coopération et la collaboration.
Leur démarche permet de se retrouver soi, avant de récréer, retisser des liens, (en te permettant d’être plus proche de toi, de tes besoins, donc c'est une démarche qui vient de toi, aucun conseil, et rien ne t’est imposé) tu auras l’envie ou l’énergie qu’il faut pour oser détricoter des liens, reconnaître et quitter les personnes toxiques qui ne se remettent jamais en question, ou bien d'avoir la capacité de te et de leur mettre des limites si tu es obligée de les fréquenter, ces changements viendront de toi-même.

A ton avis, qui cesserait de vivre si tu disparaissais ?

Sans doute personne à part ton chat ! Alors, deviens la personne la plus importante pour toi-même, sans écraser les autres. Fais-toi confiance, apprend à te poser les bonnes questions et surtout prend bien soin de toi.

Apprend à avoir des objectifs qui soient sous ton propre contrôle, et à prendre la responsabilité du problème qui se présente, car chaque jour nous en apporte son lot, il est plus confortable de choisir la solution, que de subir une situation. (j'utilise l'impratif, mais ce ne sont pas des ordres, fais comme tu le sens)

Comme il est facile de définir ce que l'on ne veut plus vivre, mais difficile de définir ou de s'autoriser à choisir ce que l'on voudrait à la place, il est plus commode de le faire avec un facilitateur de changement (changement qui en somme n’est jamais que de se retrouver soi, débarrassé des injonctions qui nous ont été sommées depuis que nous sommes tout petit, des traumatismes subis qui nous enserrent dans des carcans, et de retrouver son âme d’enfant, sa créativité, sa joie de vivre, son audace, tout en ayant laissé derrière soi son innocence et ses illusions ).

Ce n’est que mon point de vue. J’espère qu’il pourra quelque peu enrichir le tien.

N’oublie « jamais » que tu as droit au respect !


Bonne chance dans tes recherches.

Pages: 1






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 15



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.