Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> Cancer inguérissable et dépression

Pages: 1


[pas en ligne]


Messages : 7
Voir ses messages
Posté :

Bonjour
Je viens chercher des solutions, pas du soutien.

Une de mes connaissances est atteinte d'un cancer inguérissable. Selon les pronostics, si la chimio réagit bien, elle en a pour 18 mois, sinon pour 6 mois.

C'était un battante, toujours sur la brèche, à ne jamais dépendre de qui que ce soit, et à couver son entourage. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même, et visiblement est en dépression.

Hébergée par sa famille actuellement, le contact est mauvais, ou elle le ressent comme tel. Elle parle de se flinguer, déjà deux fois à 1 mois d'intervalle.

Elle a déménagé (et on sait que c'est stressant) et fait des aller-retours continuels entre son tout nouveau chez elle, et l'hopital (chimio, effets secondaires de la chimio, bobos divers à cause d'un organisme affaible...)

Elle se sent incomprise, et le dialogue est difficile avec son entourage, qui entoure sans doute maladroitement. Ils ont eu l'habitude d'être couvés, et maintenant c'est à eux de la couver. Ils n'y arrivent visiblement pas bien.

L'entourage aussi passe par une mauvaise passe professionnelle qui lui demande beaucoup de temps. Difficile de se couper en deux, mais il se coupe en 4. Maladroitement.

Perso, je ne vis pas la situation. Je les entends, de part et d'autre, et je ressent la souffrance d'un abandon d'un côté, et de l'incompréhension de l'autre.

Foutu crabe. Que faire? Que leur conseiller? Tous les avis sont les bienvenus.


[pas en ligne]


Pas de violences c est les vac
37 ans

Messages : 34128
Voir ses messages
Posté :

la meilleure chose à faire pour elle doit venir d'elle meme.

elle doit avant tout oser le dialogue meme si il est maladroit mais qu'elle se vide de son imcomprehension vis à vis de la famille.

par lettre si elle n'ose pas affronter les gens directement mais qu'elle le fasse. ça ne fera pas avancer l'histoire si chacun croit bien faire ou qu'il est preferable de se taire.

femme


[pas en ligne]


simply the pest..

Messages : 39432
Voir ses messages
Posté :

Coucou geronimo,

Mon amie vit la meme chose en ce moment avec sa maman, qui est aussi mon amie, et qui sait qu'elle va mourir.
Mon amie est au bout du rouleau, elle a osé prendre des congés pendant une semaine histoire de décompresser, sa maman l'a mal prit, souvent les gens en fin de parcours deviennent difficiles (on peut les comprendre) affronter la mort de face, pas facile..
De part et d'autre il est très difficile de surmonter cette évidence présente, mais que faire...?

On espère toujours un miracle, et pourquoi pas, cette jeune femme atteinte d'un cancer généralisé, après une chimio d'enfer, la perte de ses dents, dix ans après elle est toujours là? c'est une loterie..


Des solutions, il n'y a que la personne même qui peut décider de ce que sera le futur, accepter et donner aux autres des derniers moments de bonheur, ou déprimer et faire vivre à ses proches un enfer déjà présent, pfff,
c'est selon ....
Quand on déprime, qu'on ait un cancer ou pas, l'avenir n'apparait pas rose du tout..

femme


[pas en ligne]


Belgique
38 ans

Messages : 2522
Voir ses messages
Posté :

6 mois, 18 mois.

Que l'échéance est proche et que cela doit être douloureux pour l'entourage.

Qu'il doit être pénible pour votre amie de pouvoir prédire quand le couperet tombera.

Je peux comprendre qu'elle parle de suicide. Et quelque part, il me semble qu'il devrait être difficile de lui faire la morale.

Sans doute pourriez-vous l'inciter à s'interroger sur ce qui pourrait changer entre le fait de mourir aujourd'hui ou mourir dans 6 mois.
Faire un dernier projet, quel qu'il soit?

Si elle n'entrevoit plus rien, il me paraît, comme je l'ai dit plus haut, réellement difficile de lui faire la morale.


[pas en ligne]


37 ans

Messages : 6225
Voir ses messages
Posté :

Géronimo :
Bonjour
Je viens chercher des solutions, pas du soutien.

Une de mes connaissances est atteinte d'un cancer inguérissable. Selon les pronostics, si la chimio réagit bien, elle en a pour 18 mois, sinon pour 6 mois.

C'était un battante, toujours sur la brèche, à ne jamais dépendre de qui que ce soit, et à couver son entourage. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même, et visiblement est en dépression.

Hébergée par sa famille actuellement, le contact est mauvais, ou elle le ressent comme tel. Elle parle de se flinguer, déjà deux fois à 1 mois d'intervalle.

Elle a déménagé (et on sait que c'est stressant) et fait des aller-retours continuels entre son tout nouveau chez elle, et l'hopital (chimio, effets secondaires de la chimio, bobos divers à cause d'un organisme affaible...)

Elle se sent incomprise, et le dialogue est difficile avec son entourage, qui entoure sans doute maladroitement. Ils ont eu l'habitude d'être couvés, et maintenant c'est à eux de la couver. Ils n'y arrivent visiblement pas bien.

L'entourage aussi passe par une mauvaise passe professionnelle qui lui demande beaucoup de temps. Difficile de se couper en deux, mais il se coupe en 4. Maladroitement.

Perso, je ne vis pas la situation. Je les entends, de part et d'autre, et je ressent la souffrance d'un abandon d'un côté, et de l'incompréhension de l'autre.

Foutu crabe. Que faire? Que leur conseiller? Tous les avis sont les bienvenus.


De se parler et de s'exprimer pour se comprendre.
Il est vrai aussi que la persone en face terminal a (beaucoup) parfois de caprices ou de reproches pour l'entourage. Pas facile pour les deux cotés.
Comme a dit Murielle, faire des petits projets, le contact passera plus facilment et de plus permet dans certains cas de prolonger un peu la vie.

Pages: 1






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 8



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.