Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> centre de désintoxication alcoolisme

Pages: [1] 


[pas en ligne]


Messages : 4
Voir ses messages
Posté :

Ma maman est alcoolique, mon papa a la maladie d'Alzeimer... Voilà le topo...
Je pense qu'il est urgent d'intervenir tant que mon père est encore capable de se gérer plus ou moins seul. Nous sommes 4 enfants mais nous ne vivons plus chez nos parents. Nous pouvons les épauler du mieux que l'on peut mais nous ne faisons plus partie intégrante de leur vie intime.
Connaissez vous un chouette centre de désintoxication en Belgique (de préférence BW ou Bruxelles) avec suivi ultérieur?
Elle a déjà subit deux séjours à l'hopital mais elle a replongé aussi vite fait. Je sais qu'il faut qu'ELLE le veuille, mais je pense qu'il FAUT qu'elle le veuille, sinon la situation va devenir ingérable.

Merci d'avance


[pas en ligne]


Messages : 30
Voir ses messages
Posté :

Des centres de cure à Bruxelles, il en existe des tas. Mais la question n'est pas là mais plutôt bien dans votre remarque.
Vous pourriez être les meilleurs enfants du monde (et je salue en cela votre démarche) qu'elle pourrait systématiquement mettre en échec tous les efforts que vous tenteriez parce qu'elle en aurait décidé autrement.

Puisque vous demandez des adresses, je vous suggère le CHU de Brugman dont la réputation n'est plus à faire (Dr. Pelc - un des pionniers en Belgique du traitement de l'alcoolisme - et Serge Minet, psychothérapeute de soutien qui officie également à l'hôpital Erasme) et la clinique St-Michel (Centre Neurologique, connu pour l'excellence de son travail aussi).

Bonne chance à tous les vôtres.
Je prie pour vous. Alleluïa !


[pas en ligne]


Messages : 5
Voir ses messages
Posté :

bonjour Bertha,
J'a 29 ans et cela fait 10 ans que ma maman est "alcoolique abstinante". J'ai quitté le cocon familiale depuis 7ans.
Je voulais seulement confirmer que les enfants ne sont pas responsables de l'alcoolisme de leur parent. Tu aura beau lui proposer tous les meilleurs centres, si elle n'a pas le déclic pour avoir la force de s'en sortir...
Ma maman a fait 4 séjours en centre et autant de rechutes. Bonne chance!


[pas en ligne]


Messages : 762
Voir ses messages
Posté :

Bonjour bertha22be

Je pense que dans votre cas le mieux serais de vous renseigner auprès du service de psychiatrie à l'hopital qui s'occupais de votre mère, ils seront plus à même de vous renseigner sur les centres ainsi que sur le suivi du traitement à lui préscrire en cure, cela dis si elle ne désire pas ce faire soigner vous ne pourrez malheureusement rien faire, aucune loi ne peux obliger quelqu'uns à se faire soigner contre sa volonté, à moins que le médecin ne fasse de préscription en ce sens pour un internement (ce dont je doute qu'il ou elle fasse), le mieux donc serais d'en parler avec le ou la psychiatre qui a du la suivre en clinique pour essayer de la persuader de suivre cette cure.

Concernant la maladie d'Alzeimer de votre père voici une adresse qui pourra peut etre vous renseigner:

1083 Bruxelles
Alzheimer Belgique
av. Van Overbeke 55
inform. & aider fam. & soignants malades Alzh., form. de para-méd., prise en ch. des malades, offre de répit: «Le Relais» Le Café Souvenirs, écoute 24h/24 en direct 02/4282819 N centr. pr la Belg.

Cordialement


[pas en ligne]


Messages : 4
Voir ses messages
Posté :

Merci pour vos réponses!
Entre temps, ma mère à fait un sinistre total avec la voiture, en état d'ébriété va sans dire... Heureusement elle n'a eu qu'une côte cassée et le pied foulé. Nous sommes allés, mes frères, ma soeur et moi discuter avec notre mère. Nous avons essayer de voir ce qu'elle allait mettre en place pour s'en sortir, nous avons pu lui exprimer nos craintes, nos souhaits, et, notre amour en quelque sorte. Immobilisée pendant deux semaines (permis retiré et pieds dans le plâtre oblige), nous faisons leurs courses à tour de rôle, donc aucune bouteille d'alcool n'est rentrée à la maison.
Maintenant, elle reconduit et j'ai peur qu'elle recommence. Quel gâchis! Elle est tellement adorable...
Elle ne fait aucune démarche pour voir un psy, un médecin, enfin toute aide qui pourrait faire en sorte qu'elle tienne le coup. Elle dit pouvoir s'en sortir seule, mais je n'y crois pas. Il faut dire qu'elle n'a aucune indépendance financière, donc doit rendre des comptes à mon père si elle dépense plus de 500euros par mois...Ce qui est avons le trèèèèèèèès radin pour tooutes les courses d'un ménage.
Voilà ou nous en sommes.
Ariane


[pas en ligne]


Messages : 20
Voir ses messages
Posté :

Bonjour. Comme le disent les autres, vous ne pouvez forcer votre maman à arrêter de boire. Mais vous devez prendre soin de vous, et vous déculpabiliser. Dans le programme des AA anglais, si vous comprenez la langue, ils inculquent aux enfants de personnes alcooliques les 3 C : "you didn't cause it, you can't cure it, you can't control it". Il y a les groupes Al-Anon, qui peuvent VOUS aider; il y a un chouette site anglais http://www.girlpower.gov/girlarea/notalone/howtocope.htm qui serait intéressant.
Sinon, comme le dit Ici par Là, j'ai travaillé avec Brugmann et Saint Michel, tous deux excellents. J'ai aussi collaboré avec le Domaine, à braine l-Alleud, qui a un atout supplémentaire intéressant d'être en dehors de la ville et loin de toute tentation. Dr Raynaud suivait et y orientait les personnes.
Que tout aille bien pour vous tous, bonne année à chacun de vous...cool


[pas en ligne]


Messages : 1
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,
Notre famille connaît la même situation que celle décrite par Bertha. Nous sommes 4 frères et soeurs dont la mère souffre d'Alzeimer et le père a une dépendance a la boisson. Même si ce dernier a montré un désir de prendre la situation en mains, il n'a jamais pris d'initiatives ! Nous avons décidé d'accélérer la prise en charge de l'alcoolisme de notre père. Et ce d'autant plus qu'il entraîne notre mère dans son sillage. Je suis de l'avis aussi qu'une psychothérapie doit être associée a sa cure car il y a certainement des situations, sentiments plus profonds à gérer. Nous habitons tous dans la région de Braine-L'alleud. Quelqu'un aurait-il une expérience à partager concernant le Domaine ? Le soutien de psychothérapeute est-il prévu ? Quel en est la qualité ?
D'avance merci pour vos commentaires.
Carpe Diem !

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

Bonjour,

Le Domaine de Braine-l'Alleud dépend de l'ULB, on peut donc espérer un suivi de qualité.

Par contre, ce qui risque de poser problème est l'investissement de votre père dans sa prise en charge. S'il n'est pas demandeur, cela ne servira pas à grand chose. D'ailleurs, il peut partir dès le premier jour...

Votre père a-t-il des amis ? qu'est ce qui le passionne ?

On va croiser les doigts pour vous et courage !

homme


[pas en ligne]


Petit-enghien
49 ans

Messages : 2
Voir ses messages
Posté :

Ma soeur est alcoolique depuis environ 2 ans.Elle a déjà fait une cure à La ramée mais a rechuté quelques semaines plus tard.Elle arrive au fond du trou.Mes parents, bienveillants, font tout pour elle.Ils n'en peuvent plus.Faut-il attendre qu'un événement grave se passe pour la forcer à l'interner.Son médecin dit qu'il ne peut pas l'obliger à rentrer dans un centre de désintoxication ou de psychiatrie.Elle est un danger pour elle, pour ses enfants et pour la société.De plus, elle a entamé une procédure de divorce, en effet, la mésentente avec son futur-ex mari serait la cause,selon moi et mes parents de cette situation.
Quelques conseils seraient les bienvenus pour stopper l'hémorragie.
Merci

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

Bien !

Si vous l'obliger à se faire soigner, que va-t-il se passer ?

Enfermée contre son gré, comment va réagir la personne ?

Elle va être furieuse, en colère, risque d'agresser le personnel soignant.
Ce sera l'enfer à l'hôpital !

Lui faire la morale? étant en colère, elle ne voudra pas l'entendre.

L'assomer de médicaments ? on remplace donc une drogue par une autre ?

Sans compter que la famille a aussi un rôle à jouer. Inutile de dire "c'est celui qui boit le fautif". La famille va-t-elle accepter de changer ses habitudes pour tenter de retrouver un dialogue (ah non, ce n'est pas nous, c'est ELLE).

Quelle est l'autonomie de cette personne ?

Qu'est ce que l'alcoolisme ?

Comment soigner "le malheur existensielle" ?

Va t-on trouver le bonheur, le vrai dans des petites pilules bleues ?

La vraie guérison concerne la possibilité pour la personne de remettre ses choix de vie et d'habitude a plat et de trouver ce qui peut l'inciter à vivre, Elle !

Voila, pas si facile !

Impossible à trouver avec des trucs de grands-mère tout fait !

Un exemple: certains alcoolique le sont parce qu'ils sont incapables d'avoir une vie sexuelle épanouie et que justement, ils ont une femme frigide (c'est un exemple, hein!!!)
Va-t-il oser reconnaitre son désir ? va-t-il balancer son épouse et s'investir dans une vie qui lui plait ? comment va-t-il faire ? "comment ta femme est une telle sainte et tu cours après une midinette ?

Qui pense que la femme est une "sainte" ? qui sait la vérité intime des gens ?

"Soigner", vous dites ?

On ne soigne pas le bonheur d'une personne contre son gré et heureusement !

A chacun de devenir responsable de soi !

Par contre, personne ne peut obliger l'entourage a supporter quelque chose qu'il n'accepte pas !

Et si l'entourage met ses propres limites, la personne dépendante (dans tous les sens du terme) peut peut-être trouver sa propre autonomie.

C'est un travail de longue haleine et chacun est concerné !

Pages: [1] 






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 12



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.