Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> DSM IV, comportementalisme, psychiatrie, psychanalyse

Pages: [1]  [3] … [10]

femme


[pas en ligne]


Bruxelles
59 ans

Messages : 3235
Voir ses messages
Posté :


http://karimsarroub.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/08/26/nouvelle-croisade-comportementaliste.html


C'est édifiant. Navrant, mais édifiant. Ces articles concernent la France mais l'état des lieux en Belgique est quasiment identique.
Cachez ce trouble que je ne saurais voir, et encore moins entendre, pourrait-on conclure. triste

Amitiés et @ vous lire,

Isa
clin d´œil

homme


[pas en ligne]


Master of masters
80 ans

Messages : 17858
Voir ses messages
Posté :

ta réflexion n'est pas claire , petite. Qu'est-ce que tu critiques par rapport à l'article? Le Dsm? l'enseignement orienté dans les unifs? Les psychothérapeutes sans diplomes?

femme


[pas en ligne]


Bruxelles
59 ans

Messages : 3235
Voir ses messages
Posté :



La grande dénonce ce que ces articles dénoncent.
Tu pratiques la technique de la lecture rapide? Il y a des dizaines d'articles à partir de ce lien.

Trop intello pour ce forum, peut-être, en tous cas pour toi, Stef.

Passe une bonne soirée, je crois qu'il y a Bugs Bunny sur une chaîne pour enfants.

Isa
clin d´œil


[pas en ligne]


34 ans

Messages : 18716
Voir ses messages
Posté :

Dis le blog de Karimsaboub c'est un site officiel ça circonspect
??,

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

stef :
ta réflexion n'est pas claire , petite. Qu'est-ce que tu critiques par rapport à l'article? Le Dsm? l'enseignement orienté dans les unifs? Les psychothérapeutes sans diplomes?


Hello Stef,

Le DSM est essentiellement un outil de classification des troubles mentaux. Très descriptif mais il a tendance à évacuer la nosologie psychanalytique. Ainsi l'hystérie ne se retrouve plus ds le dsm.
Ce qui fait qu'on a des diagnostic en tiroir sans que l'on fasse parfois des liens entre différents symptômes.

La psychanalyse, la psychothérapie n'a jamais été enseignée à l'université. Par définition, pourrait-on dire, ces deux pratiques relèvent d'une formation pratique personnelle.

Le comportementalisme, plus pédagogique peut-être (à mon avis en tout cas), plus concret en résultats, basé sur des méthodes d'évaluations quantifiée y a plus sa place. Attention, c'est vrai que c'est une approche thérapeutique.

Il ne s'agit pas tant de n'avoir pas de psychothérapeute "diplomés" que de peut-être alors reconnaitre les institutions, les Ecoles qui forment ces futurs thérapeutes.

Il faut qd même savoir que la prise en charge des souffrances mentales laissent souvent à désirer. Combien de personnes ne se verront-elles pas prescrire un tas de médocs sans autre suivi.

La psychiatrie hospitalière par exemple, même à l'heure actuelle, est encore trop souvent, un endroit où on parque les patients pour qu'ils ne dérangent pas le reste de la société.

Les professionnels interpellés par la psychanalyse ne sont pas insensible à ce qui se passe pour ces écoles "hors-université"


[pas en ligne]


34 ans

Messages : 18716
Voir ses messages
Posté :

Antoinett :
stef :
ta réflexion n'est pas claire , petite. Qu'est-ce que tu critiques par rapport à l'article? Le Dsm? l'enseignement orienté dans les unifs? Les psychothérapeutes sans diplomes?


Hello Stef,

Le DSM est essentiellement un outil de classification des troubles mentaux. Très descriptif mais il a tendance à évacuer la nosologie psychanalytique. Ainsi l'hystérie ne se retrouve plus ds le dsm.
Ce qui fait qu'on a des diagnostic en tiroir sans que l'on fasse parfois des liens entre différents symptômes.

La psychanalyse, la psychothérapie n'a jamais été enseignée à l'université. Par définition, pourrait-on dire, ces deux pratiques relèvent d'une formation pratique personnelle.

Le comportementalisme, plus pédagogique peut-être, plus concret en résultats, basé sur des méthodes d'évaluations quantifiée y a plus sa place.

Il ne s'agit pas tant de n'avoir pas de psychothérapeute "diplomés" que de peut-être alors reconnaitre les institutions, les Ecoles qui forment ces futurs thérapeutes.

Il faut qd même savoir que la prise en charge des souffrances mentales laissent souvent à désirer. Combien de personnes ne se verront-elles pas prescrire un tas de médocs sans autre suivi.

La psychiatrie hospitalière par exemple, même à l'heure actuelle, est encore trop souvent, un endroit où on parque les patients pour qu'ils ne dérangent pas le reste de la société.


Merci de nous avoir éclairé sans nous juger.
T'es un amour toi bisou


[pas en ligne]


Respire le jour qui est !

Messages : 9477
Voir ses messages
Posté :

Ces articles annonceraient-ils que certaines étiquettes sont mal collées des deux côtés de la barrière ?
Oups ..la réflexion m'échappe ouch

femme


[pas en ligne]


Messages : 11040
Voir ses messages
Posté :

alexia :

Merci de nous avoir éclairé sans nous juger.
T'es un amour toi bisou


clin d´œil Ca m'intéresse aussi .

Pour revenir au débat, il faut savoir que ces fameux changements inquiètent même les psychologues diplomés (ici, en Belgique par exemple).

L'idée étant qu'il faudrait une prescription médicale pour suivre une psychothérapie.

Oui, mais qui est spécialisé dans la passation des tests diagnostics ?

Et quelles sont les connaissances en psychopathologie qu'ont les médecins généralistes ?

Ce n'est pas nécessairement leurs tasses de thé...

homme


[pas en ligne]


Master of masters
80 ans

Messages : 17858
Voir ses messages
Posté :

Antoinett :
stef :
ta réflexion n'est pas claire , petite. Qu'est-ce que tu critiques par rapport à l'article? Le Dsm? l'enseignement orienté dans les unifs? Les psychothérapeutes sans diplomes?


Hello Stef,

Le DSM est essentiellement un outil de classification des troubles mentaux. Très descriptif mais il a tendance à évacuer la nosologie psychanalytique. Ainsi l'hystérie ne se retrouve plus ds le dsm.
Ce qui fait qu'on a des diagnostic en tiroir sans que l'on fasse parfois des liens entre différents symptômes.

La psychanalyse, la psychothérapie n'a jamais été enseignée à l'université. Par définition, pourrait-on dire, ces deux pratiques relèvent d'une formation pratique personnelle.

Le comportementalisme, plus pédagogique peut-être (à mon avis en tout cas), plus concret en résultats, basé sur des méthodes d'évaluations quantifiée y a plus sa place. Attention, c'est vrai que c'est une approche thérapeutique.

Il ne s'agit pas tant de n'avoir pas de psychothérapeute "diplomés" que de peut-être alors reconnaitre les institutions, les Ecoles qui forment ces futurs thérapeutes.

Il faut qd même savoir que la prise en charge des souffrances mentales laissent souvent à désirer. Combien de personnes ne se verront-elles pas prescrire un tas de médocs sans autre suivi.

La psychiatrie hospitalière par exemple, même à l'heure actuelle, est encore trop souvent, un endroit où on parque les patients pour qu'ils ne dérangent pas le reste de la société.

Les professionnels interpellés par la psychanalyse ne sont pas insensible à ce qui se passe pour ces écoles "hors-université"


T'inquiète Toinett, je sais très bien ce qu'est un DSM IV et à quoi ça ressemble. Cela fait 2 ans qu'on m'en parle en long et en large et mes 5 cours de psycho m'ont quand même appris les différences entre les termes cités par Isa T. ... auxquels ont pourrait en ajouter quelques autres comme la phénoménologie ou la psychopathologie clinique ou non. Mais soit... je retourne sur le topix des africaines lol

et bisou Toinett

homme


[pas en ligne]


Master of masters
80 ans

Messages : 17858
Voir ses messages
Posté :

marindodouce :
Ces articles annonceraient-ils que certaines étiquettes sont mal collées des deux côtés de la barrière ?
Oups ..la réflexion m'échappe ouch

Il reste Bugs Bunny pour te consoler clin d´œil

Pages: [1]  [3] … [10]






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 12



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.