Aidonoo.be, le forum d'entraide et de convivialité de Sweeli, site grand public du guidesocial

> ma ptite histoire

Pages: 1


[pas en ligne]


Messages : 1
Voir ses messages
Posté :

Salut à tous , désolé pour la longueur de mon histoire

C'est au collège que tout commence, je me suis lié d'amitié avec Jérémie et Aurélien . J (des jumeaux) passionnés d'informatique, tous les 2 sont très grands et ont un problème d'élocution.
On a des goûts en commun, on aime pas le foot, on aime la science fiction, les jeux de stratégies ......etc. Mais leur handicap provoque les moqueries de tout le collège et ils s'en fichent, moi aussi.
La bêtise des autres peut parfois atteindre des sommets, on se moquait de mes 2 amis à cause de leur handicap, donc moi qui traînais avec eux, il bien fallu que tout le monde trouve un prétexte pour aussi se payer ma tête.
J 'été pas vraiment gros mais loin d’être maigre, il fut donc décidé que je serai gros, et surtout très moche, du fait des dizaines de boutons que j’avais sur ma figure.
Jérémie, Aurélien et moi, on méprisait le collège autant que le collège nous méprisait, j 'été surnommé "le pote des J."
En 3ème (2000/2001), Jérémie et Aurélien avaient déménager, je me retrouvais sans eux, et j'étais toujours "le pote des J." alors que pratiquement tout le monde (à part ceux de ma classe biensur) ignorai mon nom.

J'ai eu mon brevet et je suis entrer au lycée, là bas les gens étaient bien plus ouverts, bien plus accueillants, mais j'étais habitué à être seul, mes seuls vrais amis, se comptaient sur les doigts d'une main, plusieurs prof ce sont inquiéter de me voir toujours assit seul au 1er rang.
Je leur répondais toujours "C'est à cause du collège, j'ai l’habitude d'être seul"
Mais ca commençais à me peser de plus en plus, ma solitude je l'avais toujours mit de coté.
L'été 2003 j'allais travailler dans un champs de tabac mon frère (de qui je n'ai jamais été proche sauf pour les bagarres) et je rencontrai quelques amis à lui, dont une fille : Nad. pour laquelle j’ai eu un petit coup de cœur, même les autres le voyait («Ben t’a fini de draguer ?» …etc.)
Mais après l’été, j’étais quand même toujours timide et réservé, j’ai pas réussi à faire mieux que de lui envoyer 1 poème par mail (pitoyable) auquel elle n’a de toute façon pas répondu.

Quand j’ai eu mon Bac et que l’été 2004 commença, je commençais à sombrer dans la déprime j’en avais marre, d’être toujours seul.
Nad m’invita à un camping, il y aura elle, son pti copain (le temps fait des choses bien pour les autres), 2 autres filles et ptètre encore des autres.
Je me suis dit pourquoi pas, je ne resterai pas chez moi tout seul.
Ce soir là au camping, j’ai eu ma première cuite, je n’avais pas ma langue dans ma poche. Les 2 amies de Nadège étaient très mignonnes malheureusement : l’une était (et est toujours) une admiratrice d ’Hitler et l’autre avait déjà 2 mecs (si j’ai bien compris) , mais à un moment les 2 on tâter mon ventre et m’ont dit « Ouai ben t’a des kilos à perdre toi ». Ca m’a rappeler pleins de mauvais souvenirs du collège,ca m’a mit un sacré coup au moral (l’alcool n’aidant pas). Mais ce n’était pas fini, les «autres» ont fini par arriver, il s’agissait de 2 mecs (mieux foutu que moi biensur) sur lesquels les 2 amies de Nad se sont jeter.
Quelques heures plus tard, il y avait une tente où Nad et son petit copain se bécotaient, 1 tente où les 4 autres se bécotaient également et 1 banc où j’étais assis seul (les nuits d’été ne sont pas toutes chaudes en +).
Ce fut la nuit où j’eus ma toute première envie de suicide.
On avait fait un feu et au petit jour, avec le bois brûlé je fis des graffitis sur un pierre qu’y avait en mémoire de je ne sais qui ou quoi (le lendemain j’allai nettoyer)
A partir de ce moment il me suffisait de croiser un couple qui s’embrasse pour fondre en larme, j’ai commencer à me mutiler les bras avec un cutter. Je me suis alors inscrit a des 10aines de sites de rencontres et je tchattais jours et nuits….Jusqu’à rencontrer quelqu’un.

Elle habitait quand même à plus de 200 km de chez moi et était assez jeune (moi qui venait de devenir majeur) , mais sur le net elle m’écrivit des choses que je n’aurais jamais espérer entendre. Le plus beau souvenir que j’ai d’elle c’est le week end où je suis aller la voir, j’embrassais une fille pour la 1ère fois à 18 ans, ce fut 2 jours magiques mais bien trop courts (nous n’avons pas eu de relations sexuelles estimant que nous avions le temps.) il était certain, pour moi, qu’il y en aurai d’autres.
Une semaine plus tard je reçu un mail qui me disait qu’elle m’avais tromper avec un gars que j’avais croisé là bas (je lui ai même serrer la main). Je préfère ne pas mettre de mot sur ce que j’ai ressenti à ce moment là. Mais 2 jour plus tard par téléphone elle me supplia de lui pardonner ce que je fini (après avoir longuement hésiter) par faire, mais le lendemain elle me rappela pour me demander si elle ne pouvait pas continuer à sortir avec l’autre gars car elle ne voyait finalement pas ce qu’elle avait fait de mal (une pipe quand même !!!). J’étais effondré et je savais que ca ne pouvait pas continuer comme ca, c’est moi qui lui ai dit que c’était fini mais dans mon cœur c’est elle qui m’a larguer.
Ce fut la deuxième fois que je pensai au suicide. (elle alla même jusqu’à me renvoyer le pendentif que je lui avait offert lors du week end que nous avons passer ensembles).

Cela faisait déjà 1 mois que j’étais entrer à la fac mais mes histoires de cœur me faisait oublier mes études je n’arrêtai pas de me dire que juste après le bac j’ai eu ma 1ère période de déprime et que donc la réussite ne faisait pas de moi quelqu’un d’heureux, j’ai effectivement rater mon 1er semestre.

J’ai passer Noël en famille, et pour le réveillon je suis aller en boîte (un conseil n’y allez jamais seul) sans personne, facile de deviner que je ne me suis pas vraiment amuser (en plus j’ai reçu un coup de tête de la part d’un homme qui estimait que je lorgnais trop sur sa copine)

Je me suis tout de même fait quelques amis entre temps , à la fac avec qui je m'amuse bien parfois mais au fond de moi je me sentai quand même qeul et incompri (m'arrive même d'être très jaloux et de pas supporter d'en voir 1 quand celui ci trouve une ptite amie)

Aujourd’hui, je néglige mes etudes.
A chaque fois que je croise dans les rues de Strasbourg, un couple qui s’embrasse j’use de toutes mes forces pour ne pas pleurer et l’envie de mourir est toujours présente, malgré les bons moments passés avec les amis que je me suis fait en fac et ma famille.
Et j’ai l’impression d’avoir gâcher une importante partie de ma jeunesse, car à presque 20 ans ont me dit que c’est fini la rigolade et que je dois bosser, mais moi je demande «Quelle rigolade ?»
Je n’aime plus vivre et je pense plusieurs fois par jour à la manière dont je pourrai quitter ce monde.

Je sais que je ne suis pas le seul , c'est ptètre un peu égoïste mais je n'y pense pas bcp sur le coup , bien que quand je rencontre kk1 qui vi la même chose je comprend et je compati.

Mais ca finni par devenir comme un cercle vicieux je commence même a avoir une mauvaise image des femmes ,j'ai l'impression que tout ce qui les interessent c'est les s*lauds chez qui elles veulent trouver le romantique au fond, tandis que les gars gentils, C pas assez interressant , je C ke c'est mal de généraliser mais y a des moment où C la vision que j'ai , et y a pas bcp d'éléments qui viennent me contredire

Je vois des s*lauds heureux , pi des mecs kom moi ki aux mieux sont les confidents , ki ecoutent les filles se plaindre que TOUT les mecs sont des s*lauds, sans pensé qu'on est là nous aussi (entre être traiter de s*laud et être ignoré de la sorte , lekel des 2 vous penser ke C la pire insulte ?)

Bref avec tout ca , j'ai l'impression de pas vivre , je suis pas le mec viril qui est le fantasme de la plupart des filles , je suis devenu depressif et je voi pas le bout du tunnel


[pas en ligne]


Messages : 575
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Ben.

Vous n'avez pas encore perdu le sens de l'humour.

Donc, si vous deviez ré-écrire votre message, qu'y diriez-vous ?

J'ajoute un ptit clin d´œil


[pas en ligne]


Messages : 99
Voir ses messages
Posté :

Bonjour Ben,

C'est vrai que vous écrivez bien.

Une chose me frappe dans ce que vous avez écrit et dans ce qu'écrivent d'autres en général: c'est l'importance donnée au couple et l'oubli de la vie et le plaisir que l'on peut se faire à soi-même.

Si je vous racontais mon histoire, elle serait peut-être un peu différente mais pas tellement. Ado, j'étais une solitaire aussi même si j'ai eu quelques copains.
J'ai aimé avoir des petits amis mais une vingtaine d'année plus tard, je sais que ce que cela m'a apporté, c'est vraiment très peu.


Je me suis mariée. Oui, c'est vrai, on rêve de l'amour mais la réalité est différente. Il y a les fins de mois difficile. On rêve de partir faire une ballade en forêt alors que l'autre ne rêve que de l'espagne (ou le contraire),on aime le rouge, lui c'est le jaune, ect.

Bref, le couple, moins marrant que ce que l'on croit! Regardez autour de vous...

Maintenant, je vis seule. Quel plaisir!!!

20 ans, vous n'avez que 20 ans, même pas si je ne me trompe pas.
Dans 20 ans, vous aurez encore 25 ans de vie active.

Vous pouvez encore tout vivre!.

Alors moi, si j'étais vous, je mettrai l'idée d'avoir une amie de coté et je m'intéresserais à ce que j'aime.

La petite amie, elle finira bien par venir ( le jour où vous n'y penserez plus, sûrement!).

Faites vous des études que vous aimez ? avez vous un idéal de vie que vous pourriez peaufiner ? (s'interresser à l'informatique, à la BD, à l'art. Vous battre contre l'extrême droite, écrire un livre: ce ne sont que des exemples, la liste est longue: choisissez vous un idéal de vie en fonction de vos désirs).

Le bonheur est contagieux. N'abandonnez pas.
Essayer de créer le vôtre.

Vous pouvez y arriver!

Et qui sait, il fera peut-être boule de neige clin d´œil

Merci, merci pour votre témoignage


[pas en ligne]


Messages : 108
Voir ses messages
Posté :

Bonsoir 7gbeng,

A la lecture de votre histoire, j'ai reconnu la mienne. Vous n'êtes pas seul à ressentir cette tristesse et cette mélancolie qui nous poussent à vouloir en finir.
J'avais 20 ans, mes parents me disaient que "sans le bac tu n'es rien" mais ils pensaient "sans le bac tu n'auras pas toutes les portes qui s'ouvriront pour réaliser ta vie".
Je l'ai quand meme pris au pieds de la lettre. J'avais raté mon bac la première année, j'étais à mon second essai.
J'avais décidé que si j'avais pas mon bac alors je me suiciderai.
J'ai eu droit pour mes 20 ans a une fête avec 150 personnes. Je me sentais très seule au milieu de tout ce monde, incomprise.
Parce que "on" dit qu'il n'y a que des sal***et "on" dit aussi que les mecs n'aiment que les sal**pes.
La meme chose chez l'autre sexe.
J'étais trop gentille, trop prise de tête, trop dans l'attente, trop plein de choses alors que je n'attendais que de l'amour parce que je ne savais pas me donner cet amour.
Commence par toi même !
J'ai eu mon bac et j'ai arrêté d'y penser, au suicide. Mais je n'oublie pas aujourd'hui que pour que l'autre nous aime, il est essentiel de commencer par soi même. Tu en as la force.
Crois en toi.
Moi, je crois en toi.

Cordialement.

femme


[pas en ligne]


Messages : 3463
Voir ses messages
Posté :

Bonsoir 7gbeng,

Pensez vous vraiment que les salauds soient heureux? Moi je ne pense pas et je suis presque certaine que la plupart d'entre eux en arrivent un jour à se dire qu'ils aimeraient être le gars "bien","le confident".
Dites vous 7gbeng,qu'une jeune fille "bien",à choisir entre un salaud et un gars sympa qui sait écouter,choisira le 2ème plutôt que le 1er...seulement tout n'est qu'une question d'amour et vous n'avez tout simplement pas encore trouvé celle qui serait votre moitié sourire et pour cela vous avez encore du temps devant vous,du temps pour vivre,profiter de la vie et y sourire.

J'ai 41 ans et moi non plus je ne vois pas encore le bout du tunnel ... seulement y a t'il un bout? Ce tunnel est peut être tout simplement là pour que chaque jour nous tentions d'apprécier le peu que la vie nous offre comme petits moments de bonheur. Ce n'est pas évident,ni facile mais il faut tenter de se tourner vers eux pour justement pouvoir apprécier ces petits riens qui chaque jour nous entourent et auxquels nous ne faisons plus attention.
C'est le printemps,les oiseaux gazouillent vous les entendez? Soyez heureux de les entendre car d'autres ne peuvent pas.
Voyez vous toutes ces fleurs qui s'épanouissent et s'offrent aux rayons du soleil? Soyez heureux car d'autres ne les voient pas.
Et il y a des tas de petits exemples comme ça qui font que finalement nous sommes entourés de petits bonheurs auxquels beaucoup ne font plus attention.
Oui bien sûr ce serait beaucoup mieux de pouvoir être deux pour les admirés mais en attendant que ce jour arrive souriez à la vie et celle çi commencera aussi à vous sourire petit à petit,pas à pas clin d´œil

Vous êtes jeune et avez tant encore à vivre ...

Cordialement

Pages: 1






• J'ai oublié mon mot de passe



Membres en ligne: 0
Invités en ligne: 8



Petites annonces sur Sweeli

 

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.